Breaking news
  • No posts were found

Tag "pedocriminalite"

Le bureau du DPP réaffirme son engagement contre les abus sexuels sur les enfants

Le directeur des poursuites publiques (DPP) consacre son éditorial aux abus sexuels sur enfants. Et souligne qu’il faut « tirer la sonnette d’alarme ». Mais aussi qu’une « répression draconienne » de ce f léau, qui touche « indistinctement toutes les couches sociales », est nécessaire. Les statistiques, écrit Ajit Boolell, « démontrent une croissance alarmante des cas rapportés » depuis 2012, avec plus de 400 cas enregistrés l’année dernière. Ce qui doit primer, insiste-t-il, c’est « l’intérêt supérieur de l’enfant ». Le

Le silence des personnes victimes d’agression sexuelle

Un article de presse mentionne le dépôt de plainte d’une femme victime d’agression sexuelle, 40 ans après les faits. Elle a été violée par son frère quand elle avait 14 ans. Cet article circule sur le Web et les commentaires sont inquiétants tant ils sont empreints de jugement et de méconnaissance. On peut lire : « li fol sa madam la » ou « 40 ans apres ?» ou « bour li dan mental ». Heureusement que

Agressions sexuelles sur mineurs: Intervenir et prévenir

Ces trois dernières semaines, 17 cas de mineures victimes d’agressions sexuelles ont été signalés. Les agressions sexuelles sur les enfants ne sont pas un phénomène nouveau. La pédocriminalité existe de tout temps mais elle est, heureusement, de plus en plus dénoncée à Maurice. Ce qui est très positif. Briser le silence est une première étape capitale vers le mieux-être de toute personne qui a été victime. Et un pédophile qui

[Vidéo] Martine Nisse: «Aucun enfant n’est capable d’inventer une histoire d’abus»

Il faut valider la parole de l’enfant qui dénonce l’agression sexuelle qu’il a subie, insiste Martine Nisse. D’autant plus, dit la thérapeute familiale, qu’« aucun enfant n’est capable d’inventer une histoire d’abus ». Celle qui est aussi éducatrice spécialisée anime, durant toute cette semaine et à l’invitation de Pedostop, une formation destinée aux psychologues et aux thérapeutes afin que ces professionnels puissent mieux soutenir les victimes d’abus sexuels. En novembre dernier, toujours

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>