Breaking news
  • No posts were found

Tag "opposition"

[Vidéo] L’année des démissions, remaniements et changements de camp

2017 a commencé par un changement inédit sur la scène politique : un Premier ministre qui cède sa place à son successeur sans avoir été battu lors d’une législative et sans l’avoir annoncé avant son élection. Conséquence directe de la démission du gouvernement de sir Anerood Jugnauth et du passage de témoin à celui de Pravind Jugnauth, le Conseil des ministres est dissous puis reconstitué. Roshi Bhadain est le seul à

[Rétrospective] Le pari politique perdu de Roshi Bhadain

Il a refusé de prêter serment le 23 janvier sous le gouvernement de Pravind Jugnauth, invoquant une passation des pouvoirs contraire aux principes de la bonne gouvernance. Si les plans de Roshi Bhadain d’épauler le leader de l’opposition sont mis à mal, il fonde toutefois rapidement son Reform Party. Tout en annonçant solennellement, peu de temps après, du backbench de l’opposition son intention de démissionner et de provoquer une partielle

[Vidéo] Jugnauth fustige une opposition «antipatriotique, destructrice et passéiste»

C’est un Pravind Jugnauth ravi qui a inauguré le nouvel Arab Town, à Rose-Hill, ce vendredi 8 décembre. S’il reconnaît que le déménagement ne s’est pas fait sans difficultés, le Premier ministre insiste que c’est finalement pour le mieux, que ce soit pour les commerçants ou le public. Son gouvernement, insiste-t-il, accordera l’attention voulue aux personnes déplacées à cause du tracé du Metro Express. Contrairement à une opposition qui se contente

[Vidéo] Duval décrit un Jugnauth «affaibli et vulnérable» face à ses troupes et à l’opinion

Selon Xavier Duval, le Premier ministre est éreinté par les exigences insatiables des députés de la majorité. Le remaniement ministériel occasionné par la démission de Showkutally Soodhun amène le leader de l’opposition à conclure que Pravind Jugnauth est vulnérable. Duval dit n’avoir «aucun respect» pour les députés qui réclament des portefeuilles ministériels dans le seul but de pouvoir jouir des avantages d’être ministre. Il réagit au départ manqué de Raj

Une partielle pour rien

Comment ne pas être d’accord avec Paul Bérenger. L’avalanche d’événements aux conséquences et implications politiques plus ou moins importantes pour le gouvernement durant les trois derniers mois promettait une rentrée parlementaire détonante. Mais il n’y a pas eu d’explosion. Tout juste a-t-on eu droit à une crise d’enfant mal élevé de ce «bon garçon» de leader de l’opposition. Une nouvelle séance terne – sans les bleus et la Private Notice

[Vidéo] Sinatambou: Je ne suis pas parti en catastrophe de Barkly

C’est une invention d’une section de la presse. Etienne Sinatambou affirme qu’il n’a pas eu chaud, ni n’est-il parti précipitamment lors de la réunion organisée avec les habitants de Barkly, ce lundi. Le porte-parole du gouvernement affirme d’ailleurs que le chahut a été causé par une clique entraînée par des députés de l’opposition ou encore par des personnes n’habitant pas le quartier. Le ministre de l’Environnement explique aussi que le

[Vidéo] Sinatambou s’en prend à Bérenger et Meea pour leur comportement au Parlement

Le porte-parole du gouvernement persiste à dire que le député du MMM aurait dû présenté ses excuses après avoir porté de graves accusations au sujet de l’épouse de Ravi Rutnah. Toutefois, pense Etienne Sinatambou, Aadil Ameer Meea se disqualifie comme député en refusant de le faire. Le ministre de la Sécurité sociale a aussi de nouveau critiqué Paul Bérenger pour son manque d’implication lors des débats parlementaires et durant les

[Vidéo] Sinatambou: Nous savions à l’avance qu’il y aurait un walk-out de l’opposition

L’attitude de l’opposition au Parlement, cet après-midi, confirme pour Etienne Sinatambou la mauvaise tangente adoptée depuis un certain temps par ces parlementaires. Mais le niveau le plus bas a été atteint aujourd’hui, estime-t-il. L’expulsion de Rajesh Bhagwan et de Paul Bérenger ne l’étonne guère, fait comprendre le ministre de la Sécurité sociale. D’autant que la majorité avait reçu des informations à l’effet qu’il y aurait walk-out aujourd’hui. Sinatambou n’a pas

[L’interview] Alan Ganoo est notre invité, ce jeudi 20 avril à 17h30

Le président du Mouvement patriotique n’a pu faire voter sa motion au Parlement pour annuler la récente hausse des prix du carburant. Mais ressort-il satisfait des débats ? L’unité de l’opposition; la place du kreol morisien à l’Assemblée nationale; l’analyse du MP sur les affaires qui secouent le gouvernement. Alan Ganoo répondra à nos questions sur ces thèmes ce jeudi 20 avril. L’émission diffusée en live sur Facebook et sur ION

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>