Breaking news
  • No posts were found

Tag "navin ramgoolam"

Wasted Times v/s Wasted votes

Deux mois depuis que les lumières de l’hémicycle se sont éteintes. Deux mois que le Sergeant-at-Arms a rangé sa Masse. Plus de questions parlementaires, plus de PNQ… On a suivi avec beaucoup d’intérêt les différentes tractations d’alliance qui, au final, ne se sont pas concrétisées. La réforme au frigo. Que de temps perdu… Si on avait pu au moins demander au temps de suspendre son vol il y a deux

[Rentrée parlementaire] Le plan de Bérenger pour unir l’opposition

Regrouper les forces de l’opposition parlementaire et extra-parlementaire pour faire pression sur le gouvernement. C’est la nouvelle priorité de Paul Bérenger maintenant que les discussions d’alliance avec Navin Ramgoolam sont officiellement et « définitivement terminées ». Le leader de l’opposition compte ainsi organiser une grande rencontre des partis d’opposition, ce lundi ou mardi, à la municipalité de Port-Louis. Y sont conviées toutes les formations politiques de l’opposition, y compris Lalit, Rezistans ek Alternativ,

[Vidéo] Bérenger : «Ramgoolam pense ce qu’il veut, pour nous la rupture est définitive»

Le leader du MMM n’en démord pas. « Pour nous, la rupture est définitive », a déclaré Paul Bérenger à propos de l’arrêt des négociations rouge-mauve pour une éventuelle alliance. Pourtant, ce matin encore, Navin Ramgoolam temporisait. Bérenger contredit également Ramgoolam sur la question de l’avancement des travaux sur le projet de loi sur la réforme électorale. Pour le leader mauve, le temps est à l’action. Sur le terrain et au Parlement.

[Vidéo] Ramgoolam : «Certaines personnes ne veulent pas que l’alliance PTr-MMM soit conclue»

Le Premier ministre a choisi de temporiser aujourd’hui. Allant jusqu’à expliquer que c’est la presse qui a parlé d’ultimatum durant les négociations, contribuant ainsi à envenimer le climat des négociations d’alliance rouge-mauve. Navin Ramgoolam a précisé qu’aucun délai de ce type n’avait été brandi par Paul Bérenger. Le chef du gouvernement intervenait ce matin lors du lancement d’un Child Protection Register par le ministère de Mireille Martin. Navin Ramgoolam en a

Ce que SAJ sait

La mascarade n’est pas terminée. Quelques rebondissements politiques majeurs sont toujours à prévoir dans les semaines qui viennent. Voici pourquoi… Soyons clair. Il n’est absolument pas exclu que les discussions PTr-MMM reprennent. On entend déjà les militants et quelques responsables mauves rétorquer – avec peu ou prou de conviction et au choix : (1) Ramgoolam a joué avec nous, on ne peut lui faire confiance (2) Bérenger dit que c’est fini (3)

[Vidéo] L’assemblée des délégués mauve exige des explications à Bérenger

A l’unanimité, l’assemblée des délégués du MMM a approuvé l’arrêt définitif des négociations d’alliance entre la hiérarchie du parti et Navin Ramgoolam aujourd’hui. Toutefois, venu dire les raisons ayant conduit à l’échec d’une alliance rouge-mauve, Paul Bérenger a également eu a expliquer les raisons qui l’ont poussé à négocier en premier lieu un rapprochement avec Navin Ramgoolam. Comme à l’accoutumée, l’assemblée des délégués mauve a été le théâtre de quelques explications

[Vidéo] Bérenger annonce la rupture définitive des négociations PTr-MMM

C’est à l’unanimité que le bureau politique et le comité central du MMM ont approuvé la rupture des négociations d’alliance entre le parti et les Travaillistes. Selon Paul Bérenger, ce sont les « zigzags » récurrents de Navin Ramgoolam qui l’ont conduit à mettre fin aux discussions. Le leader du MMM affirme que les modalités de l’alliance avaient déjà été arrêtées et n’attendaient qu’une ratification finale des deux leaders. Or, selon Bérenger,

[Vidéo] Ramgoolam : «Ar mwa lobi pa existe sa»

Il n’y a pas une mais quelques questions à régler au sujet de l’alliance Travailliste-MMM. Navin Ramgoolam estime toutefois que les choses allant dans la bonne direction, des solutions seront trouvées rapidement. Aussi bien sur la concrétisation de l’alliance que sur la réforme électorale. Toutefois, le Premier ministre récuse toute idée de « lobby » visant à faire capoter le rapprochement rouge-mauve.

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>