Breaking news
  • No posts were found

Tag "navin ramgoolam"

Bérenger: «Je n’ai aucun problème à rencontrer le Premier ministre à l’officielle. Mais pas pour koz koze»

« L’urgence du moment est la réforme électorale. Mais si Navin Ramgoolam veut discuter de la IIe République, je ne me suis pas défilé avant, je ne me défilerai pas maintenant. » C’est ce que Paul Bérenger déclare ce matin à ION News en réagissant à la prorogation du Parlement, décidée hier par Navin Ramgoolam. « S’il faut qu’on se rencontre pour passer en revue certaines des 171 représentations reçues ou alors fine-tune

[Vidéo] Bérenger promet une opposition «kare kare» sans fermer la porte à Ramgoolam

Encore une fois, le leader de l’opposition dit ne pas prendre Navin Ramgoolam « au sérieux » sur la question de la réforme électorale. Paul Bérenger arrive à cette conclusion suite à la déclaration « blabla » de l’Attorney General en Cour suprême aujourd’hui. Après « le temps perdu », Bérenger dit ainsi vouloir faire de l’opposition « kare kare » à la rentrée parlementaire. Le leader de l’opposition a néanmoins avoué que les ponts n’étaient pas coupés entre

Bérenger repassera-t-il à l’attaque à l’issue de son bureau politique de ce soir ?

C’est un secret de Polichinelle. Si officiellement, les discussions entre Navin Ramgoolam et Paul Bérenger sont rompues, en coulisses, les deux hommes se sont régulièrement parlé, directement mais aussi par émissaires interposés. Depuis hier soir, toutefois, un nouveau froid s’est installé entre le leader du MMM et le Premier ministre. La raison ? L’un reprocherait à l’autre de n’avoir pas tenu sa langue sur la teneur de leurs discussions, notamment sur

[Vidéo] Ramgoolam s’en prend à Soodhun à l’occasion du Shivaji Day

Le Premier ministre suit le désamour entre le MMM et le MSM de près. Aujourd’hui, lors des célébrations du Shivaji et du Maharashtra Day, Navin Ramgoolam a constaté que le MSM est « dan karo kann » après avoir été botté hors du Remake par Paul Bérenger. Si Ramgoolam a adopté un ton badin sur le sort de sir Anerood Jugnauth et du MSM, il n’a pas ri toutefois face aux allégations

SAJ, Bérenger et Ramgoolam «all in»

« All in » ou tapis. Ce sont les termes utilisés au poker pour désigner la manœuvre consistant à tout miser sur un coup. Soit parce que le joueur croit qu’il a une main imbattable. Soit parce qu’il pense que ses adversaires ne vont pas le suivre dans la surenchère et se « coucher ». Les trois hommes politiques les plus importants du pays sont « all in » dans le jeu électoral depuis jeudi dernier. Si

[Facebook style] La semaine politique en revue

Certes, ce sont de faux profils et des statuts Facebook créés de toutes pièces. Mais cette nouvelle rubrique a pour vocation de récapituler de manière humoristique l’actualité politique (ou autre) sans jamais trop s’éloigner des faits. Mieux encore, les lecteurs les plus perspicaces d’ION News découvriront des infos bien réelles au détour des phrases…  

[Vidéo] Fort de son sondage, Ramgoolam fustige le MSM

Il l’a brandi triomphalement. Le Premier ministre dit détenir un sondage qui démontre que la popularité de son parti est forte. Ce qui lui permet de dire qu’il est « confiant » de remporter les élections de 2015. Fort de ce constat, Navin Ramgoolam ne ménage pas le MSM. Affirmant au passage que son parti n’a initié aucun contact en direction du parti avec qui il avait conclu une alliance électorale pour

[Vidéo] « Zot zalou », répond Ramgoolam à ceux qui parlent de sa Rolls Royce

Le Premier ministre n’aime pas qu’on parle de ses voitures. Hier, il a traité ceux qui s’intéressent d’un peu trop près à sa Rolls Royce de « jaloux ». Navin Ramgoolam est même allé jusqu’à inviter Ivan Collendavelloo à poser une question parlementaire sur la luxueuse berline. Chose que ne pourra pas faire l’ancien membre de l’exécutif mauve… puisqu’il n’est pas membre de l’Assemblée nationale. C’est l’hebdomadaire Week-End qui a publié, le

[Vidéo] Ramgoolam ménage Bérenger en expliquant l’échec de leur négociation

Si le leader de l’opposition dénonce l’attitude adoptée par le Premier ministre lors de leurs pourparlers sur la réforme électorale et la IIe République, Navin Ramgoolam choisit, lui, de jouer la conciliation. Aujourd’hui, à l’issue de la réunion de l’exécutif rouge, le Premier ministre s’est refusé à se livrer à un exercice de blâme. Il trouve ainsi que la réserve de Bérenger sur l’élection du président sur la réforme électorale

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>