Breaking news
  • No posts were found

Tag "MWF"

Une surveillance en permanence bientôt sur le Coin de Mire

Il y a quelques semaines, le ministère de l’Agro-industrie a lancé un appel d’offres pour la construction d’une station en bois sur place. Elle servira d’abri aux officiers du National Parks and Conservation Service (NPCS) qui y seront postés. Ils auront pour tâche de faire un relevé des espèces endémiques existantes. Leur présence permettra également de contrôler l’accès des Mauriciens et des touristes. Situé à 4,5 kilomètres du village de Cap-Malheureux, le Coin

Nouvelle campagne d’abattage de la chauve-souris à l’agenda

Une nouvelle campagne d’abattage des chauves-souris aura de nouveau lieu cette année. Le ministère de l’Agro-industrie considère qu’il faut réduire le nombre de ces mammifères accusés par arboriculteurs fruitiers de détruire leurs récoltes de mangues et de letchis, voire de bananes de type « gingeli ». Cet exercice est vivement critiqué par des organisations internationales, car la roussette est une espèce protégée. Il y a quelques jours, l’Union internationale pour la conservation

[Vidéo] A l’île aux Aigrettes, le MWF veut sensibiliser les Mauriciens à la préservation

L’îlot ainsi que plusieurs autres sites à travers le pays sont l’objet de toutes les attentions de la Mauritian Wildlife Foundation (MWF). Pour cause, l’île aux Aigrettes abrite des espèces endémiques menacées par l’homme ou les espèces nuisibles qu’il apporte dans son sillage, explique Amber Cripps. C’est pour sensibiliser les visiteurs à la fragilité de ces écosystèmes que la MWF organise régulièrement des campagnes d’explication à destination du grand public.

«L’abattage de chauves-souris est une forme de cruauté», selon la Mauritian Wildlife Foundation

La Mauritian Wildlife Foundation (MWF) donne la réplique à Mahen Seeruttun. « Nous sommes contre l’abattage des chauve-souris », argue Vikash Tatayah, qui y est directeur du service de conservation. Ce dernier estime que les dégâts causés par les chauves-souris sont exagérés et qu’ils s’élèvent à 11%, selon les résultats préliminaires d’une étude menée par la MWF en 2014. Des recherches qui seront également menées cette année. « L’abattage est une forme de cruauté

[Vidéo] Nos espèces endémiques menacées dans l’objectif de ‘Mauritius beyond the dodo’

Savez-vous ce qu’est un cardinal jaune de Rodrigues ? Ou la fauvette native du même sol ? Avez-vous déjà vu un oiseau à lunettes ou la fleur du café marron ? Toutes ces espèces endémiques et bien d’autres font l’objet d’une expo photos visible cette semaine encore à Port-Louis. A l’origine des clichés exposés au 3e étage de la Rogers House, l’Américaine Gabby Salazar mais aussi le Mauricien Jacques de Spéville, qui y contribue

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>