Tag "Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation"

Jugnauth rencontre les nouveaux dirigeants de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation

C’est accompagné de quelques autres membres de son comité de direction que Rajendrah Ramdhean a rencontré le Premier ministre ce jeudi 31 août. Le président nouvellement élu de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation (MSDTF), même s’il est dit proche du Parti travailliste et de Navin Ramgoolam, avait affirmé vouloir entretenir des relations cordiales avec tous les partis politiques du pays. La volonté de Ramdhean se confirme car lors de

[Vidéo] MSDTF: La nouvelle équipe travaillera avec le gouvernement mais ne négligera pas l’opposition

Si Somduth Dulthumun n’est plus à la tête de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation (MSDTF), c’est parce qu’il «n’a pas été à l’écoute». Et alors qu’il clamait représenter «le gouvernement», le nouveau comité exécutif que dirige Rajenrah Ramdhean veut, lui, représenter le pays. Le nouveau président de la MSDTF veut se démarquer de Dulthumun, rassembler les organisations socioculturelles. Toutes sont d’ailleurs invitées à «donn koudmin». Il n’y aura pas

Malbar [nepli] kouyon ?

L’expression, venant d’un non-hindou, empeste parfois le racisme. Mais les membres de la communauté majoritaire l’utilisent eux-mêmes volontiers pour qualifier ce mélange de jai de [expression bhojpuri désignant une tendance à abandonner facilement] et de suivisme auquel ils succombent trop souvent. Le malbar kouyon type est, en effet, souvent celui dont le parti politique préféré a pour symbole… l’Hôtel du gouvernement. Et dont le soutien est quasi-acquis dès qu’il entend

[Vidéo] Ganesh Chaturthi: Dulthumun veut la collaboration de la police aux abords des plages

Les cérémonies d’immersion des statues de Ganesh auront lieu dans un peu plus de dix jours. Le 26 août précisément, sur différentes plages publiques de l’île. Dans ce cadre, la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation requiert la collaboration de la police. D’une part, pour assurer une circulation routière fluide. Et, d’autre part, pour empêcher les beach hawkers de vendre de la nourriture non végétarienne là où auront lieu les cérémonies. Somduth

[Vidéo] Kranti dit vouloir préserver le «règne hindou» et défend Dulthumun et l’Alliance Lepep

L’organisation socioculturelle est claire : voter pour l’Alliance PTr-MMM et permettre la mise en place de la 2e République sont un « danger » pour la communauté hindoue, car elle mettra fin à son « règne ». C’est pour cela que Kranti estime qu’il est dans l’intérêt des hindous mais aussi du pays de voter pour l’Alliance Lepep. Les dirigeants de l’organisation ont également défendu Somduth Dulthumun contre les critiques de Navin Ramgoolam et surtout

[Vidéo] Ramgoolam et Bérenger commentent l’incursion de la question ethnique dans la campagne électorale

« Ce sont des citoyens concernés par les élections. » C’est ainsi que Navin Ramgoolam décrit l’action des organisations socioculturelles qui tentent d’intervenir dans la campagne électorale, voire dans le choix des candidats de l’alliance PTr-MMM. Réaliste, Paul Bérenger affirme, lui, qu’il lui faut rencontrer les associations officielles afin de « rassurer » sans toutefois céder à des demandes « déraisonnables ». Tout en admettant que leur « tourner le dos » peut résulter à des situations de

[Vidéo] Xavier Duval, la nouvelle bête noire de la Voice of Hindu

Les dirigeants de l’association socioculturelle affirment que Xavier Duval a été proche d’eux dans un passé pas très lointain. Ce qui les a d’ailleurs conduits à lui « donner un coup de main » sur le terrain. Mais Navin Unoop et Krit Manohur disent désormais « rester en alerte » par rapport aux actions sur le terrain du leader du PMSD. La raison ? Duval aurait « mal parlé » de la Voice of Hindu (VOH). L’association

[Vidéo] Le Human Service Trust apporte son soutien à Ramgoolam et Bérenger pour les élections

C’était une réunion qui se voulait discrète mais importante. Plus de 200 membres de l’organisation socioculturelle étaient ainsi réunis hier soir à Calebasses pour écouter plusieurs hommes politiques. Anil Bachoo, Arvin Boolell, Mukhesswur Choonee, Alan Ganoo et Rajesh Bhagwan se sont tour à tour relayés autour du thème de l’unité nationale. Si pour les membres du MMM, il s’agissait surtout de dépeindre Paul Bérenger comme un responsable politique n’ayant jamais

La Carte C

Insidieusement, il s’immisce dans la [pré]campagne électorale. En soi, le vote communal n’est pas un phénomène nouveau à Maurice. « Koup zot, donn enn nou bann », « pa vot sa [insérer ici le nom de l’ethnie honnie] la » sont des injonctions entendues depuis des décennies. Utilisée à grande échelle, la carte communale est susceptible de contrarier les mécaniques électorales les mieux huilées. Car à défaut de permettre de gagner la partie, elle peut rendre la

[Vidéo] Dulthumun «accorde une chance» à Bérenger qui l’avait traité de «bourik»

S’en prendre à Somduth Dulthumun, c’est s’attaquer aux 500 000 hindous du pays. C’est le raccourci qu’a pris le président de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation pour expliquer pourquoi il est inacceptable que Paul Bérenger l’ait traité de « bourik ». Le président de l’association socioculturelle, même s’il dit ne pas vouloir poursuivre le leader du MMM, s’en est néanmoins pris à ce dernier de manière virulente. Allant même jusqu’à le décrire

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>