Breaking news
  • No posts were found

Tag "GGIR"

«Les nominations relèvent de la prérogative du Premier ministre», maintient SAJ

Il n’y a pas lieu d’amender la Constitution pour revoir les pouvoirs de nomination de la présidence de la République, a affirmé le chef du gouvernement. « Les nominations relèvent de la prérogative du Premier ministre », a soutenu sir Anerood Jugnauth au Parlement aujourd’hui. Un avis que ne partage pas le leader de l’opposition. Celui-ci a ainsi consacré sa Private Notice Question d’aujourd’hui à ce sujet. Et insisté, à plusieurs reprises,

[Vidéo]  Ramgoolam confirme que le PTr votera contre la «mascarade» et s’étonne de l’erreur du MMM

Le leader des rouges estime que le gouvernement a jeté de la « poudre aux yeux » des partis de l’opposition avec quelques amendements. Cela dans le but de les amener à voter en faveur du Good Governance and Integrity Bill et l’amendement constitutionnel qui le précède. Navin Ramgoolam explique toutefois que les députés rouges ne voteront pas ces deux textes, car il estime qu’ils seront utilisés comme « outil politique ». Navin Ramgoolam s’étonne donc de la position du

[Vidéo] Le Mouvement patriotique propose une série d’amendements à la loi Bhadain

Les députés du parti d’Alan Ganoo ne savent pas encore s’ils vont voter pour le Good Governance and Integrity Reporting Bill (GGIR). Car selon le président du Mouvement patriotique (MP), trop de flou et de dispositions inacceptables demeurent dans le texte actuel. Etant en faveur d’une loi encadrant l’enrichissement illicite, le MP a proposé, ce samedi, toute une série d’amendements au GGIR. Ceux-ci concernent notamment les pouvoirs d’enquête de l’Integrity Reporting

[Vidéo] Bhadain ressort «très, très satisfait» de sa séance d’explication au Bar Council

C’est « très, très satisfait » que Roshi Bhadain est ressorti de sa session interactive avec la Mauritius Bar Association. Une rencontre qui s’est tenue au Bar Council où, cet après-midi, il y avait salle comble. Prenant la parole après les explications du ministre de la Bonne gouvernance, Antoine Domingue a soulevé une série de points techniques auxquels Roshi Bhadain a répondu. Les questions de l’assistance n’étaient pas nombreuses. Yousuf et Shakeel

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>