Breaking news
  • No posts were found

Tag "correctional youth centre"

A quand un Budget proréhabilitation pour les mineurs en conflit avec la loi?

3e publication du KDZM suite au Budget Beaucoup de promesse ont été faites par l’Etat pour revoir l’accompagnement et l’encadrement de ces jeunes à risque. Les différents ministères de la Sécurité sociale, de l’Egalité des genres, du développement de l’enfant et du Bien-Être de la famille, ainsi que le bureau du Premier ministre avaient promis, depuis de nombreuses années, de revoir le fonctionnement du Rehabilitation Youth Centre (RYC) et le Correctional

[Vidéo] La responsabilité pénale des mineurs «le plus tard possible», préconise l’Ombudsperson for Children

En avril dernier, déjà, Rita Venkatasawmy tirait la sonnette d’alarme sur les conditions de détention des mineurs. Son rapport, dont elle avait alors présenté les grandes lignes, a été rendu public officiellement aujourd’hui. Le document s’attarde longuement sur la situation des enfants placés au Correctional Youth Centre et au Rehabilitation Youth Centres. La détention des enfants, rappelle l’Ombudsperson for Children, a « un effet néfaste sur leur avenir ». Et peut « freiner » leur

[Vidéo] Rita Venkatasawmy: Il faut enlever la notion de «child beyond control» de nos lois

Les droits des enfants en conflit avec la loi doivent aussi être respectés. C’est le plaidoyer que fait Rita Venkatasawmy, Ombudsperson for Children. Elle a tenu à livrer les grandes lignes d’un rapport que prépare son bureau sur les Rehabilitation Youth Centers (RYC) et Correctional Youth Center (CYC) du pays. Le constat est sans appel : les conditions de vie des mineurs y sont « déplorables », leurs droits à l’éducation bafoués, il y

Agitations au RYC Girls

Le Mauricien du 25 août relate une situation d’agitation, de dégradation de biens matériels, de colère des mineures résidentes du Rehabilitation Youth Centre (RYC). Situation qualifiée par ce média d’« épisode ». Avec pour titre « PSS, police de Barkly et d’autres renforts appelés à la rescousse pour calmer les ‘jeunes filles en folie’ ». Outre le comportement de ces jeunes,  expression d’immense souffrance, le vocabulaire choisi par ce média pose question. « Jeunes filles en

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>