Breaking news
  • No posts were found

Tag "commemoration"

[Vidéo] Concert hommage à Kaya : Freedom accuse le gouvernement de plagiat

«Incivilité», «plagiat»… Flo Juste en est convaincu : le gouvernement n’avait nullement l’intention d’organiser un concert hommage à Kaya avant que l’organisation qu’il préside n’envoie sa proposition pour une demande de subvention en décembre. Le Fundamental Rights & Equity Empowerment Democracy Optimization Movement (Freedom) comptait organiser un concert réunissant divers groupes de seggae, dont certains comme Ras Natty Baby ont joué avec le musicien et chanteur décédé il y a vingt ans. Flo

[Vidéo] Ramgoolam rend hommage à David et dénonce l’influence du MSM sur la partielle

Navin Ramgoolam estime que la fin de la campagne à Belle-Rose/Quatre-Bornes est marquée par quelques épisodes de violence. Ainsi que par les tentatives du MSM d’influencer le choix des électeurs susceptibles de voter pour le Parti travailliste. Ce 13 décembre, le leader et des partisans du PTr se sont recueillis sur la tombe de James Burty David pour commémorer le 8e anniversaire de la mort de l’ancien ministre rouge. L’ancien

[Vidéo] Pravind Jugnauth: «Les Chagossiens ont montré qu’ils ne sont pas à vendre»

«Que n’ont-ils pas fait pour tenter d’acheter, d’un côté, les dirigeants, de l’autre, le peuple chagossiens ?» Pravind Jugnauth dit être chagriné par l’attitude des Britanniques vis-à-vis de ce peuple déporté de son archipel. L’Angleterre, note le Premier ministre, pensait que «votre honneur, votre dignité, votre vie pouvaient être monnayés». Mais, se réjouit le chef du gouvernement, «les Chagossiens ont montré qu’ils n’étaient pas à vendre». Pravind Jugnauth assistait, cet après-midi, à

[Vidéo] Au Morne : Jugnauth balance un coup de griffe à Ramgoolam, Bérenger et Trump

La commémoration du 182e anniversaire de l’abolition de l’esclavage a été l’occasion pour Pravind Jugnauth d’insister sur notre devoir de mémoire. Notamment à travers la construction d’un musée dédié à l’esclavage. Mais c’était aussi l’occasion pour le Premier ministre de décrire les trois types d’hommes qui font face aux Mauriciens. Ceux qui « rakont zistwar » et qui assurent « kan mo la, ou pena pou per » : une allusion directe au discours habituel

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>