Breaking news
  • No posts were found

Tag "Association socioculturelle rastafari"

[Vidéo] Les rastas s’interrogent sur la présence des Indiens sur Agalega

Les assurances du Haut-commissariat de l’Inde et des autorités mauriciennes n’y font rien. La présence de ressortissants indiens sur Agalega est vue avec circonspection, voire méfiance. Cette fois-ci, c’est l’Association socioculturelle rastafari qui s’interroge sur un éventuel «accaparement». Relevant notamment la présence de militaires sur l’archipel et dans la zone économique exclusive de Maurice. Du côté du ministère des Collectivités locales et des îles éparses, on insiste qu’il n’a jamais

[Vidéo] Litige autour du Triangle de Chamarel : Les rastas espèrent une «solution pacifique»

Ils ont perdu une bataille mais espèrent ne pas perdre la guerre. Déboutée une première fois devant la Cour suprême, l’Association socioculturelle rastafari a un deuxième cas devant la justice quant au Triangle de Chamarel. Ce lieu, disent les sociétaires, leur appartient car occupé autrefois par les esclaves marrons. La compagnie Case Noyale Ltée conteste cette affirmation, la Compagnie sucrière de Bel-Ombre dont elle est une entité étant propriétaire de

[Vidéo] Les rastas dénoncent les «discriminations» contre les descendants d’esclaves à Maurice

«Injustices», «brutalité policière», ravages de la drogue… Encore trop de descendants d’esclaves les subissent, affirme l’Association socioculturelle rastafari (ASR). Pour contrer le problème d’addiction aux drogues dures, celle-ci préconise la dépénalisation du gandia et l’arrêt du programme d’échanges de seringues. José Rose, président de l’association, indique que celle-ci a écrit à Doudou Diène, rapporteur spécial de l’Onu sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de

[Vidéo] L’Association socioculturelle rastafari réclame le droit de consommer du gandia

« Nou pa pe dir depenalize ni legalize. » Ce que veulent les rastas : « Notre droit à la culture, à la consommation du cannabis. » Face à la presse ce matin, l’Association socioculturelle rastafari explique que fumer du gandia fait partie du rituel nyahbinghi. Le président de l’association dit respecter la position du Premier ministre, qui a réitéré il y a peu son opposition à la dépénalisation ou à la légalisation du gandia.

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>