Breaking news
  • No posts were found

Tag "arvin boolell"

[Vidéo] «C’est moi qui décide», dit Ramgoolam au sujet du chef de file du PTr au Parlement

Ramgoolam dit ne pas avoir entendu l’affirmation d’Arvin Boolell à l’effet que Shakeel Mohamed restera le chef de file des rouges au Parlement même si le candidat travailliste gagne la partielle de ce 17 décembre. «C’est moi qui décide», tranche Ramgoolam en indiquant que c’est le leader qui désigne le chef de file du parti au Parlement. L’ancien Premier ministre a également réagi aux propos de sir Anerood Jugnauth. Celui-ci

[Vidéo] Nos invités parlent du respect de l’adversaire et de l’environnement

Comment s’agencent les relations entre les différents candidats qui se disputent l’électorat de Belle-Rose /Quatre-Bornes ? Pour Dhanesh Maraye du PMSD, il n’est pas d’«adversaires». Nita Juddoo note également la courtoisie sur le terrain lorsque différentes équipes en campagne se croisent. La candidate du MMM exprime toutefois ses réserves sur l’aspect folklorique, soit les banderoles et affiches, qui seront toutefois enlevées après la partielle du 17 décembre. Roshi Bhadain du Reform Party

[Vidéo] Nos invités abordent la question de la place des jeunes en politique

Arvin Boolell assure que le Parti travailliste va s’assurer que 50% de ses candidats aux prochaines législatives seront soit des femmes, soit des jeunes. Tandis que Nita Juddoo estime que s’il est important de faire de la place aux jeunes, il est aussi très important qu’ils soient encadrés par des aînés. Egalement issu d’un parti traditionnel, Dhanesh Maraye estime, lui, que le fait que son parti lui fait confiance démontre

[Vidéo] Nos invités s’accordent sur l’importance d’une loi sur le financement politique

Nita Juddoo, Roshi Bhadain, Arvin Boolell et Dhanesh Maraye l’affirment : le vote d’une loi sur le financement politique figure en haut de chacun de leurs partis, s’ils arrivent au pouvoir. Aucun d’entre eux n’a toutefois voulu divulguer les dépenses et les revenus générés par leurs partis pour la campagne de la partielle du 17 décembre. S’ils louent le discours axé sur la transparence que tiennent les nouveaux partis politiques,

[Vidéo] Ramgoolam fustige la migration annoncée de Juddoo et l’arrogance de Bhadain

Roshi Bhadain est le responsable de plusieurs dossiers mal gérés alors qu’il était au gouvernement. Et alors qu’il promettait de trouver une solution aux problèmes générés par le Metro Express, Navin Ramgoolam accuse ce dernier d’avoir renoncé à sa promesse. Si l’ancien Premier ministre dit n’avoir rien à reprocher à Nita Juddoo, il demande à ses partisans de ne pas voter pour une candidate qui a vocation à briguer les

[Vidéo] Ramgoolam accuse le MSM de «comploter» pour faire élire le MMM au no 18

Arvin Boolell affirme que son équipe de campagne reçoit des appels de partisans du MSM qui ne souhaitent pas suivre la consigne de vote qui leur est donnée. C’est-à-dire de voter pour la candidate du MMM lors de la partielle du 17 décembre. Pour Navin Ramgoolam, Paul Bérenger n’est pas en mesure de donner la garantie solennelle qu’il n’y aura aucun rapprochement entre son parti et celui de Pravind Jugnauth.

[Vidéo] Face aux «adversaires paniqués», Bhadain affirme que sa victoire est «garantie» au no 18

Roshi Bhadain affirme que son congrès à La Source, cette semaine, a été un tournant. Ce qui lui permet d’affirmer que c’est avec une avance confortable qu’il savourera sa victoire «garantie» au lendemain de la partielle du 17 décembre. Face à cette situation, le leader du Reform Party affirme que ses adversaires paniquent. Pointant spécifiquement du doigt le Parti travailliste, Bhadain affirme que certains cadres chez les rouges utilisent des

[Vidéo] Confiant, le PTR veut consolider son assise au no 18, dit Boolell

La campagne d’Arvin Boolell sera marquée par trois importants congrès dans la circonscription de Belle-Rose/Quatre-Bornes. Si le candidat rouge se dit confiant, il précise que le Parti travailliste veut consolider son assise dans la circonscription. Notamment en distribuant un nouveau tract qui dessine les contours de son projet de gouvernement. Arvin Boolell dit également pouvoir compter sur le soutien d’un ancien élu du no 18 : Rama Sithanen. L’ancien ministre des

[Vidéo] Boolell du PTr affirme que sa victoire au no 18 sera un «tsunami politique»

Ce n’est pas une élection partielle que les travaillistes ont souhaité, surtout au moment où les partis d’opposition arrivaient à s’entendre et à coordonner leur action. Malgré cela, Arvin Boolell affirme que l’élection partielle donne à son parti l’occasion d’obtenir une victoire qui augurera de l’action d’un prochain gouvernement. Notre vidéo live:

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>