Breaking news
  • No posts were found

Tag "adila hamuth"

Le procès dans l’affaire de la bande sonore chez les Jugnauth renvoyé de nouveau 

Le procès dans l’affaire de la bande sonore chez les Jugnauth a été renvoyé de nouveau ce mardi 20 novembre, Seetulsingh Meetoo ayant décidé de changer d’avocat. L’accusé est poursuivi sous une accusation de «using an information and communication service for the purpose of causing annoyance to another person». Dans une lettre, le nouvel avocat a demandé le renvoi du procès à avril 2019. La magistrate Adila Hamuth n’a pas accédé à cette requête, expliquant qu’elle ne peut renvoyer l’affaire pour une si longue durée. L’affaire sera de nouveau entendue le

[Vidéo] Le DPP demande un ultime délai pour préciser ses accusations contre Ramgoolam et Bachoo dans l’affaire Betamax

Les avocats de Navin Ramgoolam et d’Anil Bachoo n’ont pas vraiment bronché. Gavin Glover se contentant d’ironiser sur le fait qu’un délai « final » veut dire qu’il n’y en aura pas d’autres. C’est donc le 23 novembre prochain que le bureau du Directeur des Poursuites Publiques dira à la magistrate Adila Hamuth s’il compte poursuivre l’ancien Premier ministre dans le cadre de l’affaire Betamax. Le lendemain, ce sera au tour de

[Vidéo] Les avocats de Dayal pour un «early trial» après le rejet de sa demande d’annulation

« Nous respectons la décision », c’est ce qu’a déclaré Jacques Panglose, l’un des avocats de Raj Dayal. La magistrate Adila Hamuth a rejeté, ce mercredi, la demande des avocats de l’ancien ministre. Ils réclamaient la radiation de la charge provisoire de corruption que la Commission anticorruption a requis contre celui qui est soupçonné d’avoir réclamé une contrepartie financière en échange de l’octroi d’un permis d’Environmental Impact Assessment. Face à la décision de

Betamax: Le dossier d’Anil Bachoo référé au bureau du DPP

L’enquête de police concernant Anil Bachoo dans l’affaire Betamax est bouclée. Il revient maintenant au Directeur des poursuites publiques (DPP) de se prononcer. Et de dire s’il y a matière ou  non à poursuite. Le constable Nasseemudin Bulladin, de la Cybercrime Unit, a indiqué à la Cour de Port-Louis que le bureau du DPP est en présence des dossiers y relatifs depuis le 17 décembre. Les hommes de loi de l’ancien

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>