Breaking news
  • No posts were found

Tag "50 ans"

La Présidente craque sous la pression et prépare sa sortie… pour dans quelques jours

Aujourd’hui n’est pas encore le dernier jour qu’Ameenah Gurib-Fakim occupe son bureau au château du Réduit. Après la rencontre jugée infructueuse avec sir Anerood Jugnauth hier après-midi, c’est le Premier ministre en personne qui s’est rendu à la State House pour lui dire qu’elle avait le choix entre se désister ou partir dans le déshonneur. Car le gouvernement entend mettre en œuvre la procédure de destitution, conformément à l’article 30 de la

[Vidéo] Indépendance: Roopun et Daureeawoo détaillent les festivités dans les villes et villages

Tout le monde sera mis à contribution pour fêter les 50 ans d’indépendance de Maurice. Il n’y aura pas que les célébrations du 12-Mars, qui promettent d’être grandioses, avance Pradeep Roopun, ministre des Arts et de la Culture. En rappelant que plus de 400 artistes y participeront. Les villes et villages à travers le pays, que soit à l’île Maurice, Rodrigues et Agalega, ont aussi organisés à leur niveau une pléiade d’activités,

[Vidéo] Jean Georges Prosper: L’hymne national était une inspiration du moment

Il fallait rendre gloire et célébrer la patrie. C’est pourquoi Jean Georges Prosper a participé au concours d’écriture de l’hymne national peu avant l’indépendance en 1968. Pour cet enseignant, son texte a obéi à une inspiration du moment mais qui devait également avoir une résonance aussi bien auprès de ses élèves que pour tout le pays. L’un dans l’autre, il estime avoir réussi. Dans le cadre de la célébration des

Meade and Mauritius: Rendons à César…

The celebration of the fifty years of independence of Mauritius has provided an opportunity for the media to look back at what has been achieved from where we started.  This is a good initiative that will inform the younger generation about the path travelled. However, it is unfortunate that most “experts” are perpetuating a fallacy – “fake” news in today’s parlance – about Meade: namely that the Nobel prize winner

[Vidéo] Bilkish Aumeerally : «C’est bien après que j’ai compris la valeur de l’indépendance»

Elle avait 18 ans et avoue n’avoir pas réalisé la portée de l’événement en regardant la cérémonie d’accession du pays à l’indépendance, le 12 mars 1968. Toujours marquée par les incidents de janvier 1968, Bilkish Aumeerally se souvient de cette année-là pour une toute autre raison. Elle s’est mariée dans un pays indépendant. Depuis, cette ancienne enseignante a vu la «transformation» de l’île, d’un pays sous-développé à une nation qui

[Vidéo] Alain Gordon-Gentil: Le défi d’aujourd’hui est aussi difficile que celui de 1968

«This country is doomed.» La phrase du rapport Meade de 1961 amuse presque Alain Gordon-Gentil aujourd’hui. Les prévisions de catastrophe économique et démographique – on prédisait une population de 3 millions en 1990 – ne se sont pas réalisées. «Que s’est-il passé ?», se demande l’ancien journaliste, auteur et documentariste. Le pays et ses habitants ont la capacité de relever les plus grands défis, assure Alain Gordon-Gentil. Qui estime que les

[Vidéo] Jugnauth salue le rôle de la presse et rappelle les principes du respect et de l’éthique

Pour Pravind Jugnauth, le salon Moris Mo Pei offre aux jeunes l’occasion de découvrir le cheminement du pays et des entreprises. Louant le fait que l’initiative d’organiser ce salon vient d’un groupe de presse, le Premier ministre a salué la contribution des médias au débat national. Mais a insisté, dans la foulée, sur la responsabilité de la presse et la nécessité d’agir dans le respect et l’éthique. Events Plus, une

[Vidéo] La Banque de Maurice ouvre un musée et ses portes au public

Des journées portes ouvertes à la Banque de Maurice pour marquer les célébrations du 50e anniversaire de l’indépendance de Maurice. Les membres du public sont invités à visiter la banque centrale, ainsi que son musée le samedi 3 mars de 10h à 16hs et le dimanche 4 de 10h à 14h. Des kiosques d’information seront à la disposition du public pour assouvir leur curiosité. Le musée de la Banque de Maurice,

[Vidéo] Bashir Currimjee : «En 1968, nous avions confiance dans le pays»

Une économie «brisée». Très peu d’investissement. C’était la réalité à laquelle faisaient face le pays et le groupe Currimjee, alors encore centré sur le commerce, à la fin des années 60. Bashir Currimjee, fraîchement rentré à Maurice et âgé de 25 ans au moment de l’indépendance, explique que malgré ce tableau sombre, la famille avait confiance dans le pays. C’est d’ailleurs pourquoi c’est à cette époque que l’entreprise a investi

[Vidéo] Paul Edouard : «Le cœur brisé, j’ai regardé l’Union Jack descendre»

Soldat de la Special Mobile Force, il était au Champ-de-Mars, le 12 mars 1968. Afin de participer à la parade précédant le lever du quadricolore. Mais Paul Edouard n’avait pas le cœur à la fête. Les souvenirs des bagarres raciales de janvier 1968 le hantaient toujours. Ces tristes événements n’ont profité ni aux musulmans, ni aux créoles, explique le septuagénaire avec un brin d’amertume. Il raconte ainsi avoir fait feu

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>