Breaking news
  • No posts were found

Tag "2e republique"

[Vidéo – IIe République] Le «draft bill» prêt avant les élections générales

Le comité mixte Travailliste-MMM devra présenter un draft bill sur la IIe République avant les prochaines législatives. C’est ce qu’a déclaré Alan Ganoo, leader adjoint du MMM, à l’issue de la première réunion, aujourd’hui. L’accord signé samedi « est très bref », explique Satish Faugoo, du PTr. Il faut maintenant « travailler sur les modalités » et les divers changements à apporter. Les autres membres du comité sont Reza Uteem et Veda Baloomoody du MMM,

[Alliance PTr-MMM] Rencontre «100% positive» entre Ramgoolam et Bérenger ce jeudi

Navin Ramgoolam et Paul Bérenger se sont entretenus pendant deux heures aujourd’hui à Clarisse House. Une réunion que le leader du MMM qualifie « d’extrêmement fructeuse » à l’issue de laquelle les deux responsables politiques ont convenu de se revoir dès ce mardi. Ces réunions se passeront « dans le respect des prérogatives du Premier ministre » et au rythme que demandera l’actualité. La rencontre d’aujourd’hui a ainsi été l’occasion de discussions approfondies sur

[Vidéo] Front de l’opposition : Le manifeste électoral du PMSD servira de base aux négociations, selon Duval

Equilibre, partage et équité, affirme Xavier Duval, sont les valeurs clés à la base des négociations en cours entre son parti le PMSD, le MSM et le Muvman liberater. Car celle-ci « s’organise », déclare le leader du PMSD. Si les rencontres avec les leaders des  partis de l’opposition n’ont pas abouti, jusqu’ici, sur quelque chose de concret, elles sont toutefois « positives », selon Duval. Qui ajoute que le manifeste électoral des bleus servira « de

[Vidéo] Bérenger : «Il n’y aura ni Premier ministre marionnette ni président vase à fleurs»

Le leader du MMM n’y est pas allé de main morte contre la presse et plus particulièrement le quotidien l’express. Qu’il a à maintes reprises accusé d’être de « mauvaise foi » et de se livrer à du « délire » à travers des articles expliquant que l’équilibre des pouvoirs sera largement en faveur du président dans le cadre de la IIe république. Bérenger a ainsi rappelé en détail le processus de nomination de certains hauts

Futur [conditionnel] politique

Le dimanche 11 mars 2068, après 53 ans d’existence, la Constitution de la IIe République nous réserve une nouvelle surprise. La plus improbable d’entre toutes. Dix minutes après la fermeture des bureaux de vote, la population découvre avec stupeur l’identité du nouveau président de la République. Tous les sondages avaient prévu une lutte serrée entre les candidats des deux principaux blocs politiques. Mais aucun d’entre eux n’avait prédit que celui qui

[Vidéo] Alan Ganoo et Patrick Assirvaden, complices, s’expriment sur la réforme électorale

Après Ramgoolam et Bérenger, c’est au tour d’autres membres de leurs partis d’intervenir dans le débat actuel sur la réforme électorale. Patrick Assirvaden, président du Parti travailliste, et Alan Ganoo, leader adjoint du MMM, se sont opposés plutôt gentiment. Chacun appelant l’autre « kamarad » en de nombreuses fois. Assirvaden lançant des piques au MSM et rappelant que les « petits partis » comme celui-ci ne pourront plus « mont dadak » sur le dos des

Bérenger: «Je n’ai aucun problème à rencontrer le Premier ministre à l’officielle. Mais pas pour koz koze»

« L’urgence du moment est la réforme électorale. Mais si Navin Ramgoolam veut discuter de la IIe République, je ne me suis pas défilé avant, je ne me défilerai pas maintenant. » C’est ce que Paul Bérenger déclare ce matin à ION News en réagissant à la prorogation du Parlement, décidée hier par Navin Ramgoolam. « S’il faut qu’on se rencontre pour passer en revue certaines des 171 représentations reçues ou alors fine-tune

[Vidéo] Bérenger promet une opposition «kare kare» sans fermer la porte à Ramgoolam

Encore une fois, le leader de l’opposition dit ne pas prendre Navin Ramgoolam « au sérieux » sur la question de la réforme électorale. Paul Bérenger arrive à cette conclusion suite à la déclaration « blabla » de l’Attorney General en Cour suprême aujourd’hui. Après « le temps perdu », Bérenger dit ainsi vouloir faire de l’opposition « kare kare » à la rentrée parlementaire. Le leader de l’opposition a néanmoins avoué que les ponts n’étaient pas coupés entre

Bérenger repassera-t-il à l’attaque à l’issue de son bureau politique de ce soir ?

C’est un secret de Polichinelle. Si officiellement, les discussions entre Navin Ramgoolam et Paul Bérenger sont rompues, en coulisses, les deux hommes se sont régulièrement parlé, directement mais aussi par émissaires interposés. Depuis hier soir, toutefois, un nouveau froid s’est installé entre le leader du MMM et le Premier ministre. La raison ? L’un reprocherait à l’autre de n’avoir pas tenu sa langue sur la teneur de leurs discussions, notamment sur

[Vidéo] Ramgoolam ménage Bérenger en expliquant l’échec de leur négociation

Si le leader de l’opposition dénonce l’attitude adoptée par le Premier ministre lors de leurs pourparlers sur la réforme électorale et la IIe République, Navin Ramgoolam choisit, lui, de jouer la conciliation. Aujourd’hui, à l’issue de la réunion de l’exécutif rouge, le Premier ministre s’est refusé à se livrer à un exercice de blâme. Il trouve ainsi que la réserve de Bérenger sur l’élection du président sur la réforme électorale

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>