Quelques heures après sa remise en liberté sous caution, l’informaticien a effectué une virulente sortie contre les enquêteurs du Central Criminal Investigation Department (CCID). Des dizaines de fois, durant sa conférence de presse, Ish Sookun a défié la police de démontrer qu’il est lié à l’envoi du courrier électronique de menace terroriste au bureau du Premier ministre.

Pour l’informaticien, l’affaire est entendue : les enquêteurs du CCID, « terrorisés » par les « ordres venus d’en haut », l’ont « terrorisé » à leur tour. Mais cette attitude, selon Sookun, démontre l’incompétence des enquêteurs. A qui il affirme avoir offert son aide pour retrouver le vrai auteur du mail envoyé au Prime minister’s office. Toutefois, se désole-t-il, alors que la police a pris son temps pour examiner toutes les pistes, le vrai auteur a pu fuir le pays ou effacer ses traces.

Devant les conditions de l’arrestation de Sookun et le traitement qui lui a été accordé, Erickson Mooneapillay, l’avocat de l’informaticien, a annoncé une « contre-attaque juridique » à l’égard de certains enquêteurs du CCID. « Ils auront à répondre devant la justice », prévient Sookun.

Sanjeev Teeluckdharry, qui assure également la défense de l’informaticien, a lui rappelé la police à ses devoirs et exhorté celle-ci à ne pas agir sous pression.