Depuis le lundi 26 octobre 2015, la capitale indienne accueille le troisième sommet Inde-Afrique. Il y a actuellement à New Delhi environ 30 000 soldats et policiers mobilisés pour assurer la sécurité.

Depuis le sommet des pays non alignés qui s’était tenu à New Delhi en 1983, ce sommet Inde-Afrique réunit, pour la première fois, un si grand nombre de pays étrangers dans la Grande péninsule.  Soit plus d’une cinquantaine. Durant cette semaine, plus de 40 chefs d’Etat et de gouvernement vont faire le déplacement.

Ce grand rassemblement diplomatique doit permettre à New Delhi d’approfondir et d’élargir un partenariat africain dans le domaine politique et économique.

A travers ce sommet, l’Inde vise surtout à se démarquer des autres puissances, en offrant à l’Afrique un partenariat de « développement », fondé sur le « respect mutuel ». Le Premier ministre indien Narendra Modi a d’ailleurs précisé que ce dernier n’était pas à « sens unique » et que son pays avait aussi beaucoup à apprendre des « nombreuses réussites en Afrique ». Ces économies émergentes doivent relever les mêmes défis en matière d’urbanisation, d’éducation, de création d’emplois ou encore de lutte contre la pauvreté.

Concrètement, leur partenariat passe par l’éducation, les technologies de l’information et le partage de compétences. Au cours des trois dernières années, près de 25 000 étudiants africains ont reçu des bourses pour étudier en Inde. New Delhi s’est engagée à construire sur le continent africain près de 140 instituts de formation dans des domaines aussi variés que le polissage de diamants ou le commerce international. Mais l’aspect principal du partenariat reste surtout les technologies de l’information. L’Inde offre ainsi, via un réseau de télécommunications relié à 41 pays africains, des services de télémédecine et l’accès à l’enseignement à distance.

Il faut préciser que lors des deux premiers sommets Inde-Afrique, New Delhi avait supprimé les quotas et les droits de douane sur les importations en provenance de 21 Etats africains de la catégorie dite des « pays les moins avancés » et accordé près de 6,8 milliards de dollars (6,2 milliards d’euros) de prêts.

Lors de ce sommet présidé pour la première fois par Narendra Modi, de nouveaux projets vont aussi être abordés. Par exemple, l’océan Indien est devenu l’une des priorités de la politique étrangère indienne et il sera question de l’économie bleue et de la sécurité maritime. Il faut aussi noter que le littoral africain, qui s’étend sur 26 000 kilomètres, occupe un rôle stratégique et commercial important dans la stratégie économique du gouvernement indien. New Delhi entend ainsi renforcer son rôle en Afrique. La priorité est dictée par la géographie historique. Donc, les pays africains prioritaires pour l’Inde sont ceux de l’Afrique orientale et australe comme l’Ouganda, la Tanzanie, le Kenya, l’Afrique du Sud et Maurice.

Durant ses discours, pour resserrer les liens qui l’unissent à l’Afrique, Narendra Modi n’hésite pas à évoquer le passé, même très lointain, en rappelant qu’il y a des « centaines de milliers d’années », l’Inde et l’Afrique appartenaient au même continent « avant que l’océan Indien ne les sépare ». Il est à noter que l’idée d’inviter tous les chefs d’Etats africains revient au Premier ministre indien Narendra Modi qui veut donner une nouvelle impulsion aux relations indo-africaines.

La conquête de l’Afrique se fera donc par de grands groupes indiens comme Godrej, Ranbaxy ou Bharti Enterprises. Leurs investissements se concentrent dans les secteurs de l’agroalimentaire, de la pharmacie, de l’automobile ou des télécommunications. L’Afrique et l’Inde se partagent désormais une part significative de la croissance mondiale.

De ce fait, les délégations de chefs d’Etats africains sur les 54 pays du continent qui ont confirmé leur présence seront composées de ministres et d’industriels. Ce sommet du forum Inde-Afrique sera désormais une plateforme d’échange et de coopération incontournable pour le continent africain et la Grande péninsule.

Le Premier Ministre, sir Anerood Jugnauth, qui participe à ce sommet cette semaine, sera aux côtés d’autres décideurs africains. Sans aucun doute, ce sommet devrait être l’occasion de mettre en relief la nouvelle carte privilégiant la route Inde-Maurice-Afrique. Et constituer un nouveau départ, surtout pour l’offshore mauricien.

Les travaux se dérouleront au complexe du Stade Indira Gandhi à New Dehli.

– – –

Selon l’agenda établi pour ce sommet durant cette semaine les rencontres se tiendront ainsi :

Senior Officials Meeting

  • 26th October, 2015

Indira Gandhi Stadium Complex, New Delhi

     Foreign Ministers’ Meeting

  • 27th October, 2015

Indira Gandhi Stadium Complex, New Delhi

       Summit Meeting

  • 29th October, 2015

Indira Gandhi Stadium Complex, New Delhi

Jugdish Joypaul est envoyé spécial du Media Trust au Sommet Inde-Afrique 2015.