Le IVe Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Commission de l’océan Indien (COI) a eu lieu hier. Parmi les questions qui ont retenu l’attention à Moroni, aux Comores : la connectivité régionale, la Conférence sur les Petits Etats insulaires en développement, la sécurité maritime et alimentaire.

Les chefs d’Etat ont ainsi mis en avant la nécessité d’améliorer la connectivité aérienne, maritime et numérique, cela afin de favoriser le commerce et l’investissement dans la région. Maurice, a souligné Navin Ramgoolam, est un « hub régional pour le tourisme et le commerce ». Le Premier ministre mauricien a aussi souligné que le pays agit comme « porte d’entrée en Afrique » pour les investisseurs asiatiques et européens.

Maurice sera d’ailleurs à l’avant-plan à Samoa, en septembre, lors de la Conférence sur les Petits Etats insulaires en développement (PEID). Notamment pour la table ronde sur les mers et la biodiversité. Evoquant le « rôle fédérateur » de la COI, Navin Ramgoolam a lancé un appel aux Etats membres pour qu’ils s’expriment « d’une seule voix » à Samoa mais aussi à Paris, en décembre 2015. A l’occasion de la XXIe Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Dans leur déclaration finale, les chefs d’Etat de la COI « encouragent le secrétaire général à plaider en faveur d’une prise en compte appropriée de la situation spécifique des PIED dans l’agenda mondial pour le développement post-2015 ».

La lutte contre la piraterie maritime a été l’une des questions clés de ce IVe Sommet. Si le bilan positif de l’Unité anti-piraterie de la COI, basée dans l’archipel aux Seychelles, a été salué, les chefs d’Etat ont néanmoins souligné qu’il faut « consolider la dynamique de lutte contre la piraterie » et contre « l’ensemble des trafics illégaux et criminels ». Tout en rappelant que la stabilité politique et la démocratie participent aussi à cette lutte.

« Les chefs d’Etat et de gouvernement, écrivent-ils, se félicitent de l’action efficace des pays membres et du secrétariat général de la COI dans la résolution des crises régionales, en particulier à Madagascar. » La reprise économique dans la Grande île, poursuivent-ils, « prendra notamment appui sur le projet de sécurité alimentaire dans l’Indianocéanie défendu et porté par la COI ».

Par ailleurs, Maurice a proposé son aide dans le cadre des prochaines législatives aux Comores, en novembre prochain. Le conseil des ministres a d’ailleurs pris note d’une contribution financière à hauteur de 200 000 dollars à cet effet.

Navin Ramgoolam a également exhorté les Etats membres à exprimer « formellement » leur soutien à la candidature de Jean Claude de l’Estrac pour succéder à Abdou Diouf comme secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie.