Follow Us On

Slider

Satyajit Boolell s’attaque à un problème encore peu répandu dans notre société mais qui pourrait, selon l’analyse du directeur des poursuites publiques, prendre une tournure alarmante. Avec une police « inundated with complaints relating to online crimes as technology penetrates deeper in all layers of society ».

Le sexting, cette pratique qui consiste, pour des jeunes et moins jeunes, à envoyer des photos dénudées ou des SMS coquins à leur partenaire, peut parfois tourner au drame lorsque les relations se terminent sur une mauvaise note. Les photos se retrouvent alors parfois à être partagées dans les écoles et collèges ou alors simplement postées au vu et au su de tous sur les réseaux sociaux.

Saytyajit Boolell observe que si les cas de sexting ne sont que rarement rapportés à la police à cause du qu’en-dira-t-on, d’autres cas d’insultes et de harcèlement en ligne font l’objet de plaintes plus régulières. Ce type de dénonciation est même en hausse, rappelle Boolell.

Ces comportements, facilités par l’utilisation massive des réseaux comme Facebook ou Twitter par les jeunes, constituent des délits selon l’Information and Communication Technologies Act. Dont l’article 46(h) prévoit des amendes pouvant aller jusqu’au million de roupies et des peines de prison de 5 ans maximum. Dans les cas où la victime d’un cas de sexting est mineure, donc protégée également par les dispositions de la Child Protection Act, celui ou celle ayant fait circuler des contenus obscènes peut écoper d’une peine de prison de 20 ans maximum et d’une amende de Rs 25 000.

Face à ces nouveaux délits qui sont appelés à augmenter à l’avenir, Satyajit Boolell appelle les policiers à s’adapter à ce « changement de culture » en se mettant à la page des nouvelles technologies. « Les nouvelles recrues  [de la police] vont certainement apprendre plus vite mais il leur manquera l’expérience des enquêteurs chevronnés. Le challenge sera de rapidement réduire le fossé entre eux », conclut le DPP.

 

article 46 ICTA

 

article 15 child protection Act

Image d’illustration via www.west-info.eu

 

Facebook Comments

1er étage, Bâtiment Jamalacs,
Rue du Vieux Conseil, Port Louis

Rédaction : [email protected]
Publicité : [email protected]

Téléphone :  212 75 90
Fax :  212 74 91

More in News
[Vidéo] Carte biométrique : 82 % des Mauriciens déjà enregistrés, les autres ont jusqu’au 15 septembre

Avec l’extension de la validité de l’ancienne carte d’identité au 30 septembre, les Mauriciens ont jusqu’au 15 de ce même mois...

Close