Le nouveau ministre de la Bonne gouvernance et des services financiers assure avoir l’expérience et les compétences requises pour produire des résultats. Son prédécesseur en a-t-il produit suffisamment, notamment sur sa gestion du dossier BAI ? Sudhir Sesungkur dit qu’il partage la crainte de la population sur les méthodes employées pour sortir de la crise causée par l’écroulement du groupe de Dawood Rawat.

Le ministre minimise également la portée du procès qui l’oppose à un de ses anciens associés. Rappelant que c’est un procès au civil, Sesungkur estime que cela ne l’empêche nullement de bien accomplir sa mission de ministre.