Le porte-parole du gouvernent met au défi les députés de l’opposition de refuser de voter pour l’institution d’un tribunal afin de juger Ameenah Gurib-Fakim. Pour Anil Gayan, la lecture des accusations retenues contre elle, aux termes de l’article 30 de la Constitution, suffira à tous les députés raisonnables d’enclencher la procédure de destitution contre elle.

Rappelant que la décision d’Ameenah Gurib-Fakim d’instituer une commission d’enquête sur les liens d’Alvaro Sobrinho avec Maurice est en «violation» de la Constitution, le ministre du Tourisme suggère à la présidente de la République de prendre sur elle et de dire tout ce qu’elle sait sur les liens du milliardaire angolais controversé avec la classe politique locale.