C’est un rapport préliminaire qui le dit, 15% à 25% des cultures vivrières ont été affectées par la tempête Carlos. Mahen Seeruttun précise toutefois que des évaluations plus poussées sur le terrain permettront d’affiner le constat.

Pour l’heure, affirme toutefois le ministre de l’Agro-industrie, il n’y a pas de pénurie de légumes dans le pays. Seeruttun laisse néanmoins la porte ouverte à des importations sporadiques de certains légumes si jamais ceux-ci se font très rares sur le marché local.

Le ministre assure également que les cultivateurs dont les plantations ont été affectées par les fortes pluies de lundi pourront prétendre à des aides leur permettant de relancer leur production.