Le pays est passé d’une extrême sècheresse à une pluviosité intense. C’est ce qui explique, selon Mahen Seeruttun, les lourdes pertes qu’encourent les cultivateurs de légumes et les autres agriculteurs du pays.

Toutefois, le ministre de l’Agroindustrie estime que les extrêmes climatiques seront désormais plus fréquents, ce qui forcera les cultivateurs à devoir s’y adapter. Selon lui, une des pistes qu’ils devront explorer, et que le gouvernement tentera d’encourager, est la culture protégée, sous serre notamment.

Le ministre a effectué une visite dans les champs de légumes de Plaine Sophie en fin d’après-midi, ce 13 janvier, pour y constater l’étendue dégâts causés par les fortes pluies depuis le début de l’année.