75% à 80% des champs de légumes sont perdus, ce qui affecte 6 000 planteurs. Mahen Seeruttun confirme que Beguitta a porté un coup dur au secteur agricole. Le ministre de l’Agro-industrie estime donc qu’il faudra, d’une part, remettre les sols en état, et d’autre part, y répandre les nutriments nécessaires afin de faciliter la repousse des légumes.

Toutes ces opérations nécessiteront un budget important. Le ministre envisage donc de mettre une ligne de crédit à l’intention des planteurs devant investir à nouveau dans leurs champs. Par ailleurs, Seeruttun estime primordiale la mise en place d’une assurance pour les planteurs de légumes. En l’absence d’intérêt de compagnies d’assurances privées pour élaborer une telle couverture, le ministre de l’Agro-industrie estime qu’une institution publique devra s’en charger.

D’ici que les légumes repoussent, le ministre confirme que le pays devra importer choux, carottes, haricots et choux-fleurs de l’Afrique du Sud, d’Inde, d’Egypte et de Chine. Sans préciser s’il y aura un contrôle des prix, il précise que le gouvernement fera en sorte que les prix des légumes importés demeurent raisonnables.