Les discussions entamées, ce 12 novembre, laissaient entrevoir une issue positive au litige qui oppose employeurs et employés de l’industrie sucrière. Mais, prévient Ashok Subron (photo), à moins d’un fléchissement de la part de la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA), le Joint Negotiating Panel (JNP) ne retournera pas à la table des négociations. Les syndicats réunis sous cette bannière l’ont d’ailleurs quittée, hier, « en signe de protestation », souligne le négociateur du JNP.

Dans un communiqué émis hier après-midi, l’association fait un compte-rendu de la réunion de ce jeudi 13 novembre. Et évoque les points abordés en présence des officiers du ministère du Travail, dont deux formules pour l’augmentation salariale. La première, déjà soumise, porte sur une hausse salariale de 11 % échelonnée sur quatre ans.

La seconde option : « augmentation salariale consolidée incluant la compensation salariale accordée par le gouvernement chaque année (Additional Remuneration Act) ». Qui implique, selon Subron, « ki travayer pa pou gagn konpansasion salarial pandan 4 an ! ». Une proposition « inacceptable », donc, qui a fini par provoquer le walk-out des syndicalistes hier.

La MSPA souhaite également qu’en cas de signature d’un accord, les « mesures pour plus de productivité » soient également abordées. Dont le travail les dimanches et jours fériés durant la coupe et, si celle-ci n’est pas terminée, la « reprise au premier jour ouvrable de janvier ».

Pour le JNP, il est clair que la « MSPA pann sanz so pozision », affirme Ashok Subron. « Okontrer, li pe anpire dan so pozision. Nous maintenons donc la nôtre. » Notamment sur les 38% d’augmentation salariale réclamés.

Alors que la MSPA indique que les « rencontres se poursuivent » ce vendredi 13 novembre, Ashok Subron insiste sur le fait que le JNP « ne sera pas présent ». « A moins que la MSPA n’ait d’autres propositions à faire. »

La grève des artisans et des laboureurs est maintenue pour le mercredi 19 novembre prochain.