L’ex-pilote de Formule 1 retrouvera-t-il toutes ses capacités ? Alors que certains médias allemands laissent entendre que les médecins envisagent de sortir Michael Schumacher du coma artificiel dans lequel il est plongé depuis le 29 décembre dernier, des questions se posent sur les conséquences de sa chute de ski.

Aucune déclaration officielle sur l’état de santé de l’Allemand n’a été faite depuis neuf jours par l’hôpital de Grenoble (Suisse). Le dernier communiqué, en date du 6 janvier, disait que le septuple champion du monde F1 était « stable mais critique »Le journal Bild avance cependant que si Schumacher n’est plus « en danger de mort immédiate », les conséquences de son accident pourraient être plus graves.

« Il est nécessaire de stopper le coma artificiel rapidement », a expliqué Moecke Peter Heinz, médecin et chef de la clinique d’Hambourg, à Bild. Cela afin de « permettre aux fonctions vitales, telles que la respiration, de récupérer plus rapidement ». En effet, le coma de Schumacher pourrait être dû à ses blessures ou au traitement qui lui est administré depuis son admission. Les risques de saignement dans le cerveau, poursuit Moecke Peter Henz, seraient toujours présents.

Pour Erich Riederer, neurologue zurichois, « l’issue est incertaine ». D’habitude, a-t-il déclaré à 20 minutes.ch, les tentatives de sortie du coma se font « après deux ou trois semaines. Les blessures doivent être graves ». L’état du sportif à son réveil dépendra, ajoute-t-il, des lésions crâniennes. « Il pourrait souffrir de paralysie ou de troubles du langage. Il devra peut-être se faire assister pour les moindres petits gestes du quotidien. »

Les trois semaines sont critiques, indique Philippe Decq, de l’hôpital Beaujon de Clichy. « Si au bout de trois semaines d’un traumatisme crânien grave », a confié le neurochirurgien à F1.com, « on n’a pas de signe d’éveil, qui se caractérise essentiellement par une ouverture des yeux, alors les choses sont très graves du point de vue du pronostic ».

Photo via La Revue automobile