Expropriés pour faire place à l’autoroute Terre-Rouge/Verdun depuis 2011, ils ont d’abord été patients. Six ans après, des planteurs de la région de Highlands et Petit Camp sont désormais à bout. Ils ne comprennent pas pourquoi leurs voisins, situés à un jet de pierre, ont été compensés à hauteur de Rs 2,5 millions, voire Rs 6,5 millions par arpent de champ de canne, alors que leurs terres ont été évaluées à Rs 600 000 l’arpent.

Aux différences d’évaluation s’ajoutent des inégalités de traitement. Suraj Fowdar explique ainsi avoir plaidé pour que les Rs 600 000 de compensation par arpent lui soient remises en attendant que le Board of Assessment décide de la valeur exacte de sa propriété. Mais plusieurs planteurs de la région attendent encore que cet arrangement soit avalisé.

Leelawtee Dhawotal a, elle, un problème supplémentaire. La sexagénaire dit ne plus être en mesure de s’occuper de son champ de canne. Ceinturés par deux bras de l’autoroute, certains terrains sont à peine accessibles. Si certains planteurs utilisent des chemins d’autres propriétés, avec des détours de plus d’un kilomètre, ils craignent de perdre tout accès à leur terrain si les autres propriétaires décident de développer leurs terres.

Disant avoir frappé aux portes des ministres, les planteurs de la région font de nouveau appel au ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun, pour les aider à trouver une solution satisfaisante.