Dans une communication en Corée du Sud, mais aussi à Engadget, le géant sud-coréen le confirme. Samsung arrête les frais et met un frein définitif à la production de la Galaxy Note 7. Cette décision survient suite aux récents cas d’explosions, aux USA et en Chine, des appareils de remplacement fournis après un premier rappel.

La « sécurité de nos clients [est] notre plus grande priorité », indique la compagnie dans un communiqué.

La compagnie avait annoncé, plus tôt, l’arrêt des ventes de son tout-dernier modèle haut de gamme à travers le monde.

Dans un communiqué émis le 10 octobre 2016, Samsung explique qu’une enquête ayant pour but de déterminer la cause de ces incendies suit son cours. Elle demandait à ses partenaires et à ses revendeurs de cesser la distribution de la phablette, la sécurité de ses consommateurs étant sa priorité.

L’arrêt définitif de la production était alors évoqué par certains médias sud-coréens comme une possibilité.

Samsung recommandait également de ne pas allumer le smartphone, qu’il soit un modèle d’origine ou de remplacement.

L’arrêt définitif de la Samsung Galaxy Note 7, selon des expert cités par Reuters, pourrait coûter à la marque jusqu’à 17 milliards de dollars mais aussi rejaillir négativement sur les autres produits mobiles.

La valeur de ses actions à Séoul a plongé par 8%, ce 11 octobre, á la fermeture des marchés. Cela avant que l’annonce de l’arrêt définitif ne soit faite. A Londres, les actions de Samsung ont perdu jusqu’à 9,5% de leur valeur après l’annonce, indique Bloomberg.

Le lancement du Galaxy Note 7 aurait permis à Samsung de devancer Apple, son concurrent direct, en offrant le produit le plus sophistiqué du marché électronique. Au lieu de cela, la marque fait face à de nombreuses critiques quant à sa gestion de la crise, les récents incidents ayant été causés par des téléphones de remplacement.

Selon Samsung, les explosions seraient causées par des batteries fournies par un fournisseur particulier alors que le produit en lui-même ne présente aucun défaut de fabrication.

Photo : Andrew Zuis/AP via The Guardian