La question a été tranchée. Ni Mahen Seeruttun ni Roshi Bhadain ne seront ministre des Finances quand Pravind Jugnauth accédera au poste de Premier ministre.

Les deux options qui s’offraient au nouveau Premier ministre ont fait l’objet de discussions, non pas avec les deux candidats potentiels mais entre sir Anerood Jugnauth (SAJ) et son successeur. Et il a finalement été décidé que la conjoncture actuelle, mais aussi les éventuels développements politiques qui pourraient intervenir dans les jours prochains, doivent conduire Pravind Jugnauth à conserver le ministère des Finances tout en étant le chef du gouvernement.

Dès la démission de SAJ comme Premier ministre, c’est tout le gouvernement qui sera en suspens. Jusqu’à ce que la présidence nomme Pravind Jugnauth nomme nouveau Premier ministre. Le Conseil des ministres actuel ayant été dissous, le leader du MSM devra alors constituer son Conseil des ministres en recomposant à nouveau l’ensemble du cabinet.

SAJ y jouera toujours un rôle important. Héritant du ministère de l’Intérieur mais étant aussi chargé de piloter la réforme électorale, le dossier Chagos ainsi que les prisons et institutions réformatrices. Si le titre de Minister Mentor ne figure pas encore dans notre cadre légal et constitutionnel, les avis légaux nécessaires auraient été recherchés et obtenus pour confirmer la possibilité que SAJ occupe un rang à part au sein du Conseil des ministres et du gouvernement.

Quand est-ce que tous ces changements interviendront-ils ? Il nous revient que l’annonce du départ de SAJ n’est plus une question de jours mais d’heures. La séquence du départ du Premier ministre actuel et de l’installation de Pravind Jugnauth ayant déjà été arrêtée jusque dans les détails.