Si le Premier ministre avait convoqué la presse pour parler de Heritage City et de sa mission aux Nations unies, il a fini par évoquer ouvertement sa succession politique et ses relations avec le leader du MSM, accessoirement son fils.

Sir Anerood Jugnauth le concède simplement à une question d’ION News : oui, il avait dit qu’il allait être Premier ministre pendant toute la durée du mandat de l’Alliance Lepep. Mais il faut faire face à la réalité qu’il pourrait ne pas être là. Il passera donc le flambeau à Pravind Jugnauth bien avant les prochaines élections générales. Sans préciser quand. SAJ révèle toutefois qu’un remaniement ministériel est bien à l’agenda et pourrait intervenir « soon ».

Le leader de l’Alliance Lepep et chef du gouvernement a-t-il des divergences de vue prononcées avec Pravind Jugauth ? Oui, concède SAJ. Tout en précisant rapidement que la divergence porte uniquement sur le projet Heritage City. Qui, rappelle-t-il, lui tient à cœur.

C’est donc avec indulgence qu’il admet un cafouillage autour du communiqué du Prime Minister’s Office autour du revival du projet Heritage City. S’il confirme que c’est Roshi Bhadain qui a été à l’origine de la modification du communiqué du Conseil des ministres, SAJ affirme que son staff et le ministre ont tous agi de bonne foi.

Loin d’être patient sur les atermoiements autour du projet, SAJ contre-attaque. Estimant que les voix s’opposant au projet se sont élevées au dernier moment. Et s’irritant du fait qu’avec ce genre de comportement, aucun projet d’envergure ne pourra démarrer dans le pays.