L’enquête ouverte par l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) sur les Rs 51,9 millions saisies chez les Bolaki au début de juillet est désormais entre les mains de l’Independent Commission against Corruption (ICAC). Le dossier leur a été transmis mardi. Les enquêteurs de Moka ont la lourde tâche d’établir si cette famille de commerçants de la Plaine-Verte ne blanchissait pas des revenus de la drogue du réseau dirigé par le clan de Siddick Islam, aussi dit Ti Nerf, en utilisant ses magasins comme couverture.

Parallèlement à la Commission anticorruption, la Mauritius Revenue Authority (MRA) a également ouvert une enquête sur les Bolaki. Notamment les services de douane qui souhaitent vérifier que ces commerçants n’ont pas sous-évalué des marchandises. A l’import comme à l’export. Quant au fisc, il est en train de comparer leurs déclarations d’impôt.

L’équipe de l’assistant surintendant Hector Tuyau a débarqué chez cette famille qui gère plusieurs magasins de rideaux et de vêtements après avoir intercepté le couple Mohammad Sameer Nobeeboccus et Bibi Annisah Bolaki au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport dans la nuit du dimanche 1er juillet avec près de Rs 3 millions en euros et en dollars américains.

Le couple était alors en partance pour Shanghai, en Chine, et a expliqué que l’argent leur a été remis par Bibi Nazoolbee Bolaki, née Nawoor, la matriarche de la famille Bolaki. L’immeuble de huit étages appartenant à celle-ci a alors été perquisitionné, ce qui a permis aux enquêteurs de mettre la main sur Rs 48,9 millions en dollars, en euros, en livres sterling et en roupies mauriciennes.