Il était recherché par l’ensemble de la force policière depuis le mercredi 18 mai 2016 dans l’affaire des Rs 100 millions d’héroïne saisies au domicile de son beau-frère, Curly Chowrimoothoo, à Cité Kennedy, Quatre-Bornes. Alors que beaucoup pensaient qu’il avait fini par rejoindre Madagascar, Cédric Giano Petit (photo) a été appréhendé ce jeudi 5 juillet par une équipe de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) au milieu d’une chasse située à Forest-Side.

Frère de Samantha Chowrimoothoo, l’épouse du caïd emprisonné, Cédric Giano Petit avait pris la fuite lorsque l’ADSU avait investi le domicile familial à l’issue d’une opération où 5,6 kilos d’héroïne en provenance de Madagascar venaient d’y être livrés. La drogue se trouvait dans trois bouteilles de lessive de fabrication malgache et deux sachets de lait condensé. Un téléphone satellitaire avait aussi été saisi sur place.

Samantha Chowrimootoo et plusieurs autres suspects ont été arrêtés dans le cadre de cette enquête qui s’est orientée vers la prison centrale où Curly Chowrimoothoo, alias Ti Nana, est détenu dans l’attente de son appel contre sa condamnation à 25 ans de prison pour trafic de drogue en 2014. Il avait été trouvé en possession de plusieurs doses valant Rs 1 xmillion. Curly Chowrimoothoo est soupçonné d’être trempé dans plusieurs saisies depuis, notamment celle des Rs 560 millions de drogue sur trois Mauriciens, à Madagascar, le jeudi 7 juin dernier.

L’un des trois suspects, le skipper Jeremy Mardochee Leratz, 44 ans, est soupçonné d’avoir été recruté par le réseau Chowrimoothoo pour embarquer de la drogue dans la Grande île. En 2016, il s’était échoué au large de Tamatave à bord du «Performance II» en compagnie de plusieurs récidivistes des faubourgs au nord de Port-Louis, ce qui lui a valu d’être entendu par l’Independent Commission against Corruption.

Cédric Giano Petit a été retracé par l’équipe du chef inspecteur Ashik Jagai, celui-là même qui avait arrêté à lui seul le présumé trafiquant Antoine Georgy Wensley Bhadhoodeenkhan, alias Toto, le jeudi 5 octobre dernier après sept mois de cavale. Il était recherché dans l’affaire des 12 749 comprimés de Subutex valant Rs 31 millions saisis chez Nelson Louis Dovic Nabab, à Roche-Bois, en février 2017. Ce suspect a accusé Toto d’être son «patron» mais ne l’a pas «identifié» par la suite.