«C’est une question de dignité, d’honneur.» Nicolas Von-Mally et le Mouvement rodriguais dont il est le leader n’assisteront pas aux célébrations officielles marquant les seize ans d’autonomie de l’île. Le coup d’envoi sera donné dans trois jours, soit le vendredi 12 octobre, en présence du Chef commissaire Serge Clair et du ministre mentor sir Anerood Jugnauth (SAJ).

Or, ce sont justement les personnes auxquelles le MR ne veut pas se mêler pour cet anniversaire. «Nous ne nous associerons pas à ces gens-là», a affirmé Nicolas Von-Mally en conférence de presse, aujourd’hui. Pourquoi ? Que SAJ soit l’invité d’honneur est un «affront», martèle le leader du MR. Le ministre de la Défense «a manqué de respect au peuple de Rodrigues» l’année dernière : interrogé sur le problème d’eau, SAJ avait rétorqué : «Mo finn vinn isi pou fourni dilo mwa? Taler mo bizin vinn begn zot ousi!» Un an plus tard, le ministre de la Défense et de Rodrigues «n’a jamais présenté ses excuses», relève Von-Mally. «Dimounn-la maltret nou, zour nou, nou pou al anbras so lipie?» a ironisé le Minority Leader.

Le Chef commissaire n’est pas en reste, poursuit le leader du MR : Serge Clair «manque de respect envers le judiciaire» de par son attitude dans le sillage du rapport Lam Shang Leen. Certes, le leader de l’Organisation du peuple de Rodrigues compte contester la partie qui le concerne par voie de révision judiciaire. Toutefois, une ministre et un Deputy Speaker, cités dans les conclusions de la commission d’enquête sur les drogues, ont démissionné. «Pourquoi pas Serge Clair ?» s’interroge Von-Mally. «Il fait comprendre qu’il ne faut pas avoir confiance dans l’ex-juge», estime le leader du MR.

Chômage et précarité

Nicolas Von-Mally a également évoqué le sort de ces Rodriguais qui se retrouvent dans la précarité à Maurice. Réagissant au reportage d’ION News sur ce sujet, il en appelle aux députés de Rodrigues Joseph Buisson Léopold et Francisco François (qui est aussi Private Parliamentary Secretary), au ministre de Rodrigues et à l’Assemblée régionale de «prendre leurs responsabilités» et de trouver des solutions «au plus vite».

L’exode d’un nombre grandissant de Rodriguais, dont des jeunes, vers Maurice, est le résultat d’un développement économique en deçà des besoins de l’île et de son peuple, estime Von-Mally. «Le Budget n’est pas suffisamment investi dans des secteurs productifs», soutient-il. «Kan dimounn pa gagn travay isi, problem-la transpoze a Moris parski dimounn al rod travay.» Ce sera le cas «tant qu’il n’y aura pas de grands projets qui créeront de l’emploi à Rodrigues», assène le leader du MR. Le Minority Leader récuse toutefois le terme de «squatters» pour qualifier ses compatriotes qui occupent des toits de fortune : «Nou dan mem pei.»

De nombreux projets avaient été initiés sous le régime MR, rappelle Von-Mally. Et de s’interroger sur les priorités de Serge Clair, pour qui développer l’aquaculture, les projets d’agrandissement du port et de l’aéroport, ou un câble optique ne semblent pas primordiaux. «Est-ce parce qu’il n’y a pas de projets bien définis que le Chef commissaire n’est pas invité au Conseil des ministres ?» a rétorqué le Minority Leader en réponse à une question.

Politique de billets ouverts

Von-Mally salue par ailleurs la décision d’Air Mauritius de revoir sa politique sur les billets ouverts suivant une rencontre avec le Chef commissaire et l’Island Chief Executive la semaine dernière. Le Minority Leader espère que la «surcharge» de Rs 500 en cas de changement de vol sera aussi abolie. La desserte Maurice-Rodrigues «est une ligne sociale», rappelle le chef du MR.

Air Mauritius a indiqué, le 3 octobre, que les billets ouverts seront finalement émis «sous certaines conditions».

Photo : Nicolas Von-Mally lors d’une récente visite à Maurice