Les travaux pour la phase 2 de la Ring Road devrait coûter Rs 5 milliards. La Road Development Authority (RDA) s’apprête à lancer un request for proposal afin de retenir les services d’un consultant. Celui-ci se penchera sur la conception mais aussi sur la préparation des appels d’offres pour cette partie du projet ainsi que pour la phase 3, dont les coûts sont estimés à Rs 2,9 milliards. C’est ce qu’a indiqué Nando Bodha au Parlement, ce mardi 17 novembre.

Le consultant devra également assister la Road Development Authority dans le processus d’acquisition, de même que dans la gestion et la supervision des travaux. Le consultant se mettra à l’œuvre en février 2016.

Le leader de l’opposition a, lui, interpellé le ministre des Infrastructures publiques pour savoir si la RDA est suffisamment équipée pour entamer les travaux de la phase 2. « Non », a concédé le ministre, qui explique qu’on a besoin de la « meilleure expertise et des meilleurs consultants ». Il dit travailler activement avec la RDA pour obtenir le meilleur rapport qualité-prix. Et s’assurer qu’il n’y a pas de variation de coûts.

Raffick Sorefan a, pour sa part, affirmé que de nouvelles fissures verticales sont apparues au niveau de la phase 1 de la route. « Des études n’ont pas été faites », a expliqué le ministre. Il assure qu’une étude complète sera menées et que les tests ont déjà été complétés, de Sorèze jusqu’au bout de la montagne.

Y a-t-il eu des consultations pour ce qui est du viaduc qui sera érigé à Boulevard Victoria ? l’a interrogé Shakeel Mohamed. L’aspect social des squatters, a répliqué le ministre des Infrastructures publiques, a été pris en considération. Ainsi, 70 d’entre eux ont vu leur situation être régularisée. Pour ce qui est du viaduc, le consultant mettra au point un plan qui sera présenté aux habitants de Boulevard Victoria, indique Bodha.

Les travaux d’entretien sur la phase 1 ont été complétés à 38% à ce jour et devraient s’achever vers mars 2016.

Faisant référence à plusieurs actes répréhensibles commis dans ce dossier, Jean-Claude Barbier a demandé au ministre s’il veillera à ce que ce genre de chose ne se répète pas. Citant l’exemple de la route Terre-Rouge/Verdun, Nando Bodha a expliqué que dans ce cas, des tests préliminaires n’avaient pas été effectués et que la RDA n’avait pas supervisé les travaux. Et qu’il prendra tout cela en considération.

Photo (archives) : Une partie de la Ring Road impraticable, en février, en raison de fissures.