Après onze années d’existence, le mouvement politique entend passer à sa version 2.0. Pour cela, loin de se cantonner à l’aspect politique de son action, Rezistans ek Alternativ cherche à fédérer ceux qui militent pour une variété de causes : de l’assainissement de la vie politique à l’écologie en passant par la démocratisation des technologies.

Après une élection auprès de ses nouveaux adhérents, un comité national a été créé. Celui-ci passera à 40 membres l’année prochaine, explique Ashok Subron, l’un des principaux animateurs de Rezistans ek Alternativ.