Le bras de fer n’aura pas lieu. L’Airports of Mauritius Ltd Employees Union (AMLEU) et la direction sont de retour à la table des négociations.

Lors d’une rencontre, hier, présidée par Johnny Dumazel, président du conseil d’administration d’Airports of Mauritius Ltd (AML), la direction s’est engagée à soumettre des contre-propositions dans le cadre des négociations salariales.

Ainsi, au lieu du rapport du consultant indépendant CAPFOR, le syndicat devrait être en présence d’un document revu d’ici le vendredi 14 avril.

Celui-ci devrait alors être discuté entre les deux parties trois jours plus tard.

Outre les CEO d’AML et de sa filiale ATOL, de hauts cadres d’AML mais aussi les membres exécutifs d’AMLEU ainsi que leur négociateur assistaient aussi à cette réunion.

L’AMLEU conteste le rapport salarial de CAPFOR, qui lui a été remis le 3 avril.

Le syndicat et les employés qu’ils représentent voient en ce document une manière pour la direction d’« imposer » ses conditions.

Il n’a d’ailleurs pas participé directement au processus de consultations, initié l’année dernière, avec le cabinet conseil mais avait soumis ses propositions à la direction.

Le syndicat avait d’ailleurs tenu une conférence de presse pour exprimer le mécontentement des employés. Notamment au vu de certaines recommandations. Il était ainsi prévu que quatre postes de Heads of Department soient créés. Soit pour les départements suivants : ressources humaines, Communication & CSR, Legal & Procurement, et Business Development & Strategy.

Pour les trois premiers départements, la création de ces postes de haut niveau est « irrationnelle » pour le syndicat. D’expliquer, par exemple, que les départements légal et des ressources humaines ne comptent chacun que deux employés en poste. L’actuel manager sera promu chef de département et son second prendra alors sa place.

Le syndicat voit aussi d’un mauvais œil les majorations salariales proposées par le rapport CAPFOR : environ 6% pour ceux au bas de l’échelle contre une moyenne de 13% à 15% chez les cadres.

Devant cette impasse, les employés avaient résolu, lors d’une assemblée le 5 avril, de saisir la Commission de conciliation et de médiation.

Les deux parties sont finalement revenues à de meilleurs sentiments. La direction d’AML a d’ailleurs émis un communiqué, le vendredi 7 avril, pour annoncer le début des négociations cette semaine. Assurant qu’elle « compte tout mettre en œuvre afin de faciliter les négociations et la conclusion d’un accord avec les employées dans les plus brefs délais ».