Des membres de la communauté rasta ont profité des célébrations marquant l’abolition de l’esclavage le 1er février dernier pour réclamer que la consommation du gandia soit légalisée. Afin, affirment-ils, de pouvoir pratiquer leur religion librement. Le rastafarisme considère en effet le cannabis comme une plante sacrée permettant d’élever l’esprit. L’incursion imprévue des manifestants lors des célébrations de l’abolition de l’esclavage avait donné du fil à retordre aux forces de l’ordre.

Si les manifestations pacifiques réclamant la légalisation du gandia sur une base religieuse ont eu lieu de manière sporadique ces dernières années sous le gouvernement de Navin Ramgoolam, celui de sir Anerood Jugnauth a déjà fait connaître son intention de mener une lutte sans relâche contre la drogue dans le pays. Un avertissement à tenir en compte par ceux qui compteraient réorganiser une telle manifestation dans deux mois…