Il fallait s’y attendre, l’opposition MMM-MSM va s’intéresser de près, mardi prochain, à l’affaire Dr D.Y. Patil Medical College (DDPMC). Les députés MSM Leela Devi Dookun et Mahen Jugroo ainsi que leur leader Pravind Jugnauth interrogeront Rajesh Jeetah et Sheila Bappoo au sujet de l’école médicale controversée. C’est ce qui ressort de la liste de Parliamentary Questions tranmise au Clerk de l’Assemblée nationale par l’opposition,  une semaine avant la rentrée parlementaire du 25 mars.

Le ministre de l’Enseignement supérieur sera appelé à donner des explications sur les conditions dans lesquelles le DDPMC s’est implanté à Maurice, les procédures suivies auprès de la Tertiary Education Commission ainsi que la nature et les types de permis obtenus par l’institution. Pravind Jugnauth veut savoir de la ministre de la Sécurité sociale si un exercice d’appel d’offres a été effectué avant l’attribution du contrat de location au DDPMC, dont le directeur est l’époux de la ministre de la Sécurité sociale. Le leader du MSM demandera également à Sheila Bappoo de détailler les travaux de rénovation effectués dans le bâtiment et leurs coûts.

Mireille Martin, la ministre de l’Egalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être familial, sera également sur la sellette. Pas moins de cinq questions devraient, en effet, lui être posées par Lysie Ribot et Leela Devi Dookun. La plupart d’entre elles sont relatives à la politique du ministère de Mireille Martin sur le sujet de la violence conjugale.

La rentrée parlementaire promet quelques moments de tension pour Navin Ramgoolam également. Rajesh Bhagwan lui demandera en effet de préciser la composition de la délégation qui l’a accompagnée au World Economic Forum de Davos, fin janvier, ainsi que les frais encourus pour cette mission. Kavi Ramano s’intéressera, lui, à la récente visite de Ségolène Royal dans l’île en tentant de savoir si elle a séjourné à Maurice en temps qu’invité de l’Etat.

Photo : Rajesh Jeetah et Mireille Martin auront à répondre, mardi prochain, aux Parliamentary Questions portant, pour l’un, sur les remous autour au niveau de l’enseignement supérieur et, pour l’autre, sur la violence conjugale.