«Si la ministre de l’Education a choisi la confrontation, on est prêt à l’affronter» prévient Yahya Paraouty, le président de l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE). Il rappelle, au passage, à Leela Devi Dookun-Luchoomun que d’autres ministres de l’Education, pourtant compétents, sont aujourd’hui en dehors du Parlement.

Pour le syndicaliste, le Primary School Achievement Certificate et la réforme de l’éducation constituent un «désastre» qui créer davantage de problèmes que de solutions. Il estime que c’est en partie dû au fait que la ministre n’a pas souhaité discuter avec des «stakeholders importants» du secteur.

Afin de bien faire entendre sa voix, l’UPSEE a démarré une campagne d’affichage pour réclamer la démission de la ministre.