Douze sièges additionnels sous le système de représentativité proportionnelle, remplacement du Best Loser System par un Best Loser Seat, fin de l’obligation faite à un candidat de décliner son appartenance ethnique, assurer une meilleure présence féminine à l’Assemblée nationale et des mesures antidéfection. Ce sont là les mesures du projet de réforme électorale présenté par l’Alliance Lepep, ce vendredi 21 septembre, à l’issue du Conseil des ministres.

Les chefs des partis politiques ainsi que les Mauriciens ont été invités à soumettre leurs propositions relatives aux principes souhaités par le gouvernement. Le Premier ministre Pravind Jugnauth a fait comprendre qu’il ne compte aucunement toucher à la formule dite «First Past The Post» afin de tenir compte du choix de l’électorat. «Nous sommes ouverts à toutes les opinions», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse au bâtiment du Trésor, à Port-Louis,

Le projet de réforme électorale, précise Pravind Jugnauth, figure dans le manifeste électoral de l’Alliance Lepep et dans son programme gouvernemental. Il évoque aussi l’engagement pris par Maurice auprès de la Commission des droits de l’homme des Nations unies face à un recours de Rezistans ek Alternativ, mais souligne que les réalités sont telles à Maurice que tous les leaders politiques désignent des candidats aux élections en fonction de leur appartenance ethnique.

«Le mécanisme que nous proposons assurera une représentativité adéquate de notre nation arc-en-ciel», a fait valoir le chef du gouvernement en parlant du remplacement du Best Loser System par le Best Loser Seat. L’Assemblée nationale aura donc 60 élus sous la formule «First Past The Post» et trois représentants de Rodrigues, dont une femme.

Chaque parti ou alliance devra soumettre à la Commission électorale une liste de 24 candidats qui seront désignés par ordre de préséance sous la représentation proportionnelle. Ceux figurant sur cette liste – et qui ne seront éligibles que si leur parti a  obtenu 10% de votes – ne pourront se retrouver sur celle du Best Loser Seat. Celle-ci fait provision pour six sièges, voire dix dans des «cas extrêmes», afin d’assurer un rééquilibrage ethnique. «Je souhaite qu’il n’y ait pas de démagogie ou de dérapage communal. Soyons d’accord pour avancer avec cette réforme au lieu de faire du surplace», lance Pravind Jugnauth.