Une honte nationale. C’est ainsi que Navin Ramgoolam qualifie le fait que Kalyan Tarolah soit encore député et Parliamentary Private Secretary malgré l’affaire de ses sextos. Pour le leader du Parti travailliste, le Premier ministre manque de courage en ne sanctionnant pas l’élu de son parti.

L’ancien Premier ministre croit savoir que Pravind Jugnauth veut à tout prix éviter une partielle, afin d’empêcher un retour des rouges. Il se demande d’ailleurs pourquoi le chef du gouvernement «a si peur» de lui.

Navin Ramgoolam a confirmé que c’est un « délit technique » qui sera retenu contre lui à la suite de la saisie de Rs 220 millions à sa résidence en 2015. Toutefois, il dit vouloir contester cette accusation car si des donations politiques sont soumises au délit de dépassement de limite de transaction en espèce, il estime que tous les partis du pays devraient également être inquiétés.