Pour le leader des rouges, la simple ouverture d’une enquête sur son prêt de 1,1 million d’euros aurait dû conduire Vishnu Lutchmeenaraidoo à démissionner. Toutefois, Navin Ramgoolam pense que, placé dans une position de limoger son ancien ministre des Finances, sir Anerood Jugnauth a préféré le muter aux Affaires étrangères. L’ancien Premier ministre affirme que c’est pour protéger son « clan familial » que l’actuel chef du gouvernement agit ainsi.

Si Ramgoolam a déploré la fuite des documents bancaires concernant l’ancien ministre des Finances et admis que cela porte préjudice à la réputation de Maurice sur le plan financier, il s’est toutefois désolé de l’attitude du gouverneur de la Banque de Maurice. Rappelant que Ramesh Basant Roi n’avait pas pris une telle position ferme pour condamner d’autres fuites concernant les transactions bancaires du MMM, de Ramgoolam ou de la famille Rawat dans le passé.

Le leader du PTr a dressé une liste de questions par rapport au prêt de Vishnu Lutchmeenaraidoo. Pour Ramgoolam, il ne fait aucun doute que la décision de l’ancien ministre des Finances de contracter le prêt à la SBM n’est ni morale, ni légale. Et que cela relève donc de la Prevention of Corruption Act. Le chef des rouges s’est également interrogé sur le timing de certaines décisions dans le cadre du projet Yihai Smart City, alléguant que des contreparties financières ont pu être données en échange de certains feux verts administratifs. Ramgoolam a également évoqué des contrats que des proches de l’ancien ministres des Finances auraient obtenu auprès d’entreprises d’Etat.