C’est un tableau très noir que Navin Ramgoolam dresse de l’action gouvernementale. Dans un message de fin d’année enregistré par le Parti travailliste, le leader des rouges dénonce pêle-mêle « la remontée extraordinaire et sans précédent de la drogue », une situation du law and order « anba lao » ou le manque d’eau dans le pays. Ce qui fait dire à l’ancien Premier ministre que la population nourrit désormais un « sentiment de trahison et de désespoir » à l’égard du gouvernement.

Si celui-ci, estime Ramgoolam, avait « un peu de légitimité », il l’a perdue avec le départ du PMSD du gouvernement. Conduisant le chef des rouges à saluer le « courage de réagir » de Xavier Duval et de ses troupes. Cette nouvelle donne politique, explique le leader du PTr, a conduit le gouvernement à revoir son objectif de mettre en œuvre le « deal papa-piti » avec le remplacement de sir Anerood Jugnauth par Pravind Jugnauth au poste de Premier ministre. Et en empêchant le vote du Prosecution Commission Bill. Un changement constitutionnel et légal qui aurait « affecté le fonctionnement même de la justice » et permis au régime en place « d’attaquer ses adversaires politiques », dénonce Ramgoolam, en estimant qu’il est le principal visé par cette loi.