«Certaines fusions-acquisitions d’entreprises peuvent nuire à la concurrence et, par conséquent, causer du tort aux consommateurs et à l’économie», relève Deshmuk Kowlessur, directeur exécutif de la Competition Commission of Mauritius (CCM). Est-ce le cas avec le rachat annoncé des actions de la Compagnie des magasins populaires (CMPL), propriétaire des supermarchés Monoprix, par Winhold Ltd, filiale du groupe IBL ? C’est ce que la CCM tentera de déterminer.

L’organisme a lancé une enquête préliminaire aujourd’hui, a-t-il annoncé par le biais d’un communiqué.

La CCM note que Winner’s et Monoprix sont «deux acteurs importants de la grande distribution à Maurice». IBL n’est pas seulement propriétaire de Winner’s à travers sa filiale Winhold Ltd, relève le communiqué. Le groupe opère «à divers niveaux de ‘retail distribution supply chain’». Ce qui peut aussi être le cas de Monoprix, «du moins pour ce qui est de ses opération».

Les contributions de compétiteurs et autres concernés sont attendues à la commission jusqu’au 15 août.

Deshmuk Kowlessur note, par ailleurs, que les compagnies peuvent solliciter la CCM avant toute fusion. Cela permet d’identifier tout problème de concurrence en amont de la transaction et d’apporter les changements nécessaires.

«J’encourage fortement les entreprises à notifier la CCM de fusions importantes», dit son directeur exécutif. Car même après la conclusion de la transaction, cet organisme peut intervenir et imposer les «mesures nécessaires».