Le pays court le risque d’instabilités sur son réseau électrique, selon le président du Parti travailliste. Patrick Assirvaden, ancien président du conseil d’administration du Central Electricity Board, estime qu’avec le retrait du projet CT Power, qui allait assurer une production électrique de 50 mégawatts, le pays sera dorénavant vulnérable en cas de panne d’une des importantes centrales électriques privées du pays. Selon Assirvaden, cette situation devrait amener Ivan Collendavelloo à préciser le plus vite possible la position du gouvernement sur sa politique énergétique.

Si ce n’est pas le ministre de l’Energie et des Utilités publiques qui le fait, le président du PTr estime que c’est dans le Budget de ce lundi que l’orientation du gouvernement devrait être précisée. Notamment sur le choix de concrétiser ou non les projets d’énergie verte déjà proposées à Bigara et Plaine-des-Roches.

Arvin Boolell s’est, lui, félicité de la décision de la Cour permanente d’arbitrage des Nations unies sur le droit de la mer. Celle-ci représente une « claque sonore » à la Grande-Bretagne, selon le porte-parole rouge. Il estime par ailleurs que la position de Maurice par rapport à sa souveraineté sur l’archipel des Chagos s’en trouve renforcée vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale.

Arvin Boolell a également annoncé la tenue du congrès annuel des rouges pour la mi-mai. Les membres du parti éliront alors leur nouvel exécutif ainsi que le nouveau leader et leader adjoint. Entre-temps, le porte-parole du parti travailliste se réjouit du nombre de jeunes qui adhèrent au parti et explique qu’il présentera bientôt à la presse un certain nombre d’entre eux.