Depuis tôt ce lundi matin, les bruits de couloir s’amplifient. Déjà ce week-end, lors de la fête de fin d’année du PMSD. La Prosecution Commission était le principal sujet de discussion des bleus. En cause : quelques dispositions du projet de loi qui mettent très mal à l’aise certains membres, notamment des juristes du PMSD.

Résultat de cette situation : les bleus auraient communiqué de manière non ambiguë aux autres partenaires de l’Alliance Lepep leur souhait de voir le Prosecution Commission Bill amendé en deux ou trois articles. Faute de quoi, le PMSD n’aurait d’autre choix que de prendre ses distances de ses partenaires, quitte à délaisser l’alliance gouvernementale.

Il nous revient toutefois que tous les cadres du PMSD ne sont pas nécessairement sur la même longueur d’onde que leur leader. Certains estimant que ce n’est pas le moment de quitter le gouvernement. D’autres rappelant que c’est Xavier Duval ayant présidé le comité chargé d’étudier le texte de loi, il aurait dû faire connaître ses réserves dès lors.

Le futur du PMSD au sein du gouvernement fait l’objet d’âpres spéculations, aussi bien chez ses partenaires qu’au sein de l’opposition. Mais dès 14h, on pourrait avoir une première indication de la position du PMSD. C’est à cette heure-là que se réunit le groupe parlementaire et selon une source au gouvernement, si les premières discussions entre Xavier et ses partenaires n’aboutissent pas, il se pourrait que les élus bleus n’y participent pas.

Mais il n’est pas dit que le PMSD quittera le gouvernement même si les discussions n’aboutissent pas. Car aussi bien au PMSD que dans l’état-major de l’Alliance Lepep, on estime qu’il faudrait se donner quelques jours de réflexion avant de déclencher un mouvement irréversible.

Depuis ce matin, la voiture de Xavier Duval, garée à sa place à la Government House, fait l’objet de toutes les attentions de la part des médias. Les journalistes sont à quelques mètres pour guetter ses allées et venues, ainsi que celles de ses collaborateurs.

A 13h30 ce 19 décembre, il y avait d’ailleurs un attroupement de ces derniers à côté du véhicule officiel du Deputy Prime minister.

Dix minutes plus tard, Robert Desvaux, connu pour être un proche de Xavier Duval, était lui aussi sur les lieux.

Photo d’archives : Xavier Duval, Ivan Collendavelloo et Pravind Jugnauth, leaders des partis de l’Alliance Lepep, lors du meeting de la victoire, en décembre 2014.