Une  note, un mot, une expression. Une trilogie pour exposer les sonores actuelles de notre île. On s’exprime à défaut de pouvoir proposer quelque chose de concret. On interpose ses idées, on oppose des projets, pour se valoriser, parfois sur le dos de l’autre. Mais on oublie qu’on fait partie d’un ensemble, d’un tout. Et dans ce tout, il y a des classifications, des genres et des niveaux. On ne va pas parler de torchon et de serviette. Ne soyez pas aussi petit que nos représentants politiques.

Pour faire les choses de manière concrète et constructive, œuvrons à la mise en place d’une structure solide et pérenne. Un projet d’ensemble pour valoriser la musique d’ici. Structurer et professionnaliser pour mieux exporter notre culture musicale.

Et avant de vouloir toucher les étoiles et remixer notre musique pour être conforme, formatée à la demande d’ailleurs, en oubliant nos valeurs de base, harmonisons notre richesse, sans la prostituer en échange de gloire éphémère. En ayant le bon sens de dire les choses avec une once de vérité.

Accepter de se confronter à l’autre, dans un combat culturel, visant à donner plus d’impulsion à notre terroir. Défendre notre culture musicale, sans tomber dans la prêcherie du noubanisme de sieur Grégoire. Militons pour la cause de la musique actuelle.

La proposition, qui se veut décente ici, est la mise en place d’un Marché des musiques pour présenter la musique d’ici, en exposant les créations sonores actuelles du pays. En invitant des professionnels de la région et du monde à découvrir et à proposer des projets d’exportation des sons d’ici. Alors, on y va ?