Ils ne sont pas contents. Les membres du Kolektif Sov Promenad Roland Armand e Jardin Bijoux s’insurgent des propos de Pravind Jugnauth, le 30 mars, à l’encontre des contestataires du Metro Express. Que le Premier ministre avait traité de «pseudo-défenseurs de l’environnement», de «malfaiteurs», de «gro peto» qui «inflians bann malere». Des qualificatifs «indignes», insistent Adi Teelock et Selven Goinden.

Les cosignataires du communiqué, émis le 3 avril, rappellent les raisons de leur opposition au projet de métro léger dans sa forme actuelle. Dont «le flou sur la rentabilité économique, sociale et environnementale de l’opération de ce tram» ; le bruit occasionné par les travaux, de nuit, à la rue Vandeermeesch, qui est au-dessus de la limite légale ; ainsi que les craintes des et le manque d’informations aux riverains affectés par ces travaux, que ce soit à Barkly, Richelieu, La Butte ou Rose-Hill.

«Nous nous élevons donc très fortement contre les termes utilisés par le Premier ministre face à des citoyen.ne.s qui défendent leurs droits, dont celui à l’information», écrit le collectif. «Nous avons été superbement ignorés par toutes les autorités et administrations et nous nous insurgeons contre ce énième exemple (sic) de piétinement des droits humains les plus élémentaires.»

Kolektif Sov Promnad Roland Armand e Jardin Bijoux: Propos PM 3 avril 2018 by ION News on Scribd