Le groupe Currimjee sort encore une fois de sa réserve. Il déplore, par le biais d’un communiqué, d’être victime depuis maintenant trois ans d’acharnement abusif quant aux allégations véhiculées autour de son projet d’hôtel sur un ancien site de la Royal Navy à Le Chaland, à La Cambuse. Il souligne que ces allégations visent tout aussi bien des institutions du pays et le travail des scientifiques liés à ce projet malgré des verdicts du Tribunal de l’environnement et de la Cour suprême ayant démontré le contraire.

«Maintenant que la liste de toutes les fausses accusations environnementales possibles est épuisée, cette poignée d’opposants mal intentionnés se retourne soudainement vers de faux arguments administratifs», fait ressortir le groupe industriel. Il indique qu’il n’a aucun besoin de réclamer un nouveau EIA Licence pour ce projet d’hôtel et qu’il avait déjà signalé que c’est l’une de ses filiales qui allait le réaliser.

«Avec près de 130 années d’existence, de réputation intacte, la compagnie Currimjee Jeewanjee & Co Ltd réitère qu’elle ne laissera personne remettre en cause de façon injuste son intégrité », déclare le groupe. Il dit réserver «le droit d’entamer d’autres actions légales pour protéger sa réputation contre des allégations gratuites et sans fondement» et invite les Mauriciens «à s’interroger sur les motivations réelles de cette poignée d’individus au combat sélectif et aux propos mensongers».