Il faudra attendre le 2 septembre pour savoir si la motion pour que le procès intenté à l’ancien ministre des Infrastructures publiques sera acceptée. En effet, alors que l’affaire devait être entendue ce matin, en cour intermédiaire, les avocats de la défense ont requis un renvoi afin de pouvoir soumettre leur return submission.

Ce procès contre Ajay Gunness dure depuis cinq ans. La défense réclame que le procès soit rayé en raison des délais injustifiés dans cette affaire. Elle estime, par ailleurs, qu’il y a eu ingérence.

Gunness est poursuivi par l’Independent Commission against Corruption sous une charge de « public official using his office for gratification ». L’ex-ministre, selon la commission anticorruption, n’aurait pas suivi les procédures pour procéder à la rénovation de son bureau et aurait favorisé une entreprise.

Dhaneshwar Soobrah, qui était alors directeur général de la Development Works Corporation, fait face à la même charge. Il lui est reproché d’être intervenu en faveur de cette compagnie. Il n’a pu être présent en cour ce matin, étant souffrant.