Ce 3 mai, à l’occasion de la Journée internationale de la liberté de la presse, les quatre membres élus du Media Trust adressent une lettre ouverte au gouvernement. Rabin Bhujun, Jean-Luc Emile, Michaella Seblin et Patrick St-Pierre rebondissent sur la question parlementaire de ce mardi sur le Media Trust pour appeler le Premier ministre et le ministre de la Technologie, de la communication et de l’innovation « à considérer la question de la constitution du board du Media Trust comme une urgence ».

Tout en accueillant de manière positive la volonté du gouvernement de «give new impetus to the functioning of the Media Trust», les membres élus du board of trustees souhaitent que « le gouvernement nomme une personne aux qualités professionnelles et éthiques reconnues à la présidence de l’institution ».

Aucune indication claire n’a filtré jusqu’ici sur les 5 autres membres qui feront partie du conseil de direction de l’institution. En sus du chairperson, la Media Trust Act prévoit en effet la nomination d’un représentant du ministère de l’Information, d’un autre du ministère des Finances, d’un représentant venant des « electronic media » ainsi que d’un représentant d’une association de journalistes.

Pour au moins une de ces nominations, le gouvernement se trouve devant un casse-tête car aucune association de journalistes n’est légalement constituée et en activité en ce moment. Par ailleurs, si certaines personnes, jugées proches du pouvoir, se sont positionnées pour la présidence du Media Trust, aucune d’entre elles ne suscite une adhésion réelle parmi les professionnels des médias.